La vérité sur… la grossesse

Grossesse & naissance, Vie de maman

La grossesse, cet état qu’on nous vend comme quelque chose de merveilleux, durant laquelle les mamans sont au sommet de leur beauté, de leur bien-être et de leur bonheur. Je ne sais pas pour vous mais moi, quand je m’imagine la maternité, c’est immédiatement l’image d’une maman souriante, bien coiffée, bien maquillée, avec un gilet rose tout doux qui se prélasse avec bonheur en touchant son ventre qui me vient à l’esprit…

sandy_allen036

Mais maintenant que j’ai connu cet état, il faut bien reconnaître que l’image d’Épinal qu’on peut en avoir est relativement loin de la réalité!

1. Tu rayonnes

Ah ça oui, à tel point qu’on n’arrive plus à te regarder en face! Entre l’acné du début de grossesse, puis la peau sèche, les cheveux blancs, le masque de grossesse, les joues (et le reste) qui gonflent, la cellulite, les vergetures, j’en passe et des meilleurs… Effectivement te dire que tu rayonnes, c’est beaucoup plus poli! 🙂

2. Tu profites à fond!

En fait, tu profites plutôt DU fond… de ton lit! Car ta nouvelle passion c’est DOR-MIR!  Hé oui, la grossesse ça épuise, surtout au premier trimestre. Du type d’épuisement irrépressible qui pourraient t’amener à littéralement dormir debout. Mais bien sur tu dois faire comme si de rien n’était car tes collègues et amis ne doivent rien découvrir avant le 3e mois! Et puis, selon la légende, au second trimestre l’énergie reviendrait, et serait parfois même décuplée… Quoiqu’il en soit en ce qui m’a concernée, cette énergie n’est jamais revenue, j’ai passé neuf mois à rêver de mon oreiller, me languir d’une sieste dès 11h du matin et me coucher entre 20h30 et 22h tous les jours! Enfin, ça, c’était avant le dernier trimestre quand malgré la fatigue, ce sont les insomnies qui ont montré le but de leur nez!

3. C’est un moment merveilleux entre toi, ton mari et ton bébé…

… Et la sage-femme, et le gynécologue, et le radiologue, et l’anesthésiste, et les infirmières, et la kraamzorg… et même les petites mamies qui d’un coup d’un seul se permettent de te toucher le ventre sans que tu ne les connaisses! Quel beau moment d’intimité en famille!

4. Tu t’en souviendras toute ta vie…

Ah ça oui, mais tu ne te souviendras QUE de ça! Car il faut bien l’avouer, à partir du 2e trimestre (parfois avant), l’irrigation du sang vers le cerveau semble devenir difficile voire inexistante! On pourrait croire qu’un petit être pompe toute ton énergie et tes capacités cérébrales. Alors entre tout ce que tu oublies, et tout ce que tu ne comprends plus… Tu vas vivre de grands moments de solitude!

5. C’est un état de plénitude absolue!

La plénitude des douleurs c’est certain. Car outre les nausées matinales, il faut bien reconnaître qu’on a mal par-ci par-là… Entre autres disons, au dos, aux ligaments, aux dents, on a des reflux gastriques (aaaaah ce sont les pires ceux-la), éventuellement des contractions, les pieds qui s’élargissent, de la constipation, des hausses puis chutes de tension…. Sans oublier qu’on est au top du glamour car on ne se contrôle plus totalement au niveau des sphincters: résultat on partage avec certains de nos voisins des choses qu’en temps normal on contrôle sans aucun souci!

Alors oui, bien sur, être enceinte ne se résume pas qu’à ça et bien heureusement! Il y a la joie intense d’attendre un enfant, l’immense bonheur de sentir ses petits coups sous la peau puis la mise en place d’une interaction de plus en plus importante, la complicité avec le papa, sans oublier la merveilleuse aventure en laquelle consiste une grossesse et ce qui la suit!

Il s’agit d’une expérience unique et formidable, mais personnellement, j’ai été frappée par l’omerta qui sévit entre mamans face à cet état – que l’on nous vende une image édulcorée avec pour seul inconvénient reconnu les nausées… Mais en réalité être enceinte est violent. Nos corps se métamorphosent profondément en seulement quelques mois. On gagne un poids phénoménal, nos organes sont comprimés, nos os se distendent pour laisser passer l’enfant, sans oublier qu’on retourne à un certain état émotionnel qui n’est pas sans rappeler la crise d’adolescence…

Alors non, définitivement la grossesse n’est pas un long fleuve tranquille et je pense personnellement qu’il n’y a pas de mal à le reconnaître. Cela ne m’aurait pas empêchée de tout de même le vouloir, car comme je l’ai dit, d’une part il y a tout de même de nombreux aspect merveilleux et surtout à la fin on a l’immense joie d’avoir un enfant dans sa vie. Mais j’aurais sans doute apprécié de le savoir car plus on s’attend aux choses et mieux on les accepte. C’est pourquoi j’ai rédigé cet article aujourd’hui.

Et vous qui êtes ou avez été enceinte, quels symptômes vous ont surprises? Que pensez-vous de ces tabous qui demeurèrent entre femmes (tant en ce qui concerne la grossesse que la parentalité en général d’ailleurs)?

J’espère en tous cas ne pas vous avoir fait peur mais plutôt vous sentir moins seules et je vous dit à très bientôt pour un nouvel article. En attendant prenez bien soin de vous. ❤

Publicités

7 réflexions sur “La vérité sur… la grossesse

  1. Oui, la grossesse ce n’est pas un long fleuve tranquille! Pour ma part je m’y attendais, à vrai dire, bien que j’ai adoré mes grossesses. Je ne pense pas que tout soit une omerta, mais plutôt une envie de parler surtout du sympa plutôt que de s’apensentir sur le chiant (que certaines ont d’ailleurs la chance de ne pas vivre!). Ce que je n’avais pas anticipé, pour ma part, c’est l’intense fatigue du début, les douleurs ligamentaires, la pudeur que tu finis par mettre dans ta poche, et surtout, je pensais être bien plus entourée par le suivi médical, et n’être pas qu’un numéro pour les médecins. Mais bon – chaque grossesse est unique, même pour une même femme, alors, c’est aussi difficile de parler de tout! En tout cas, belle grossesse ou pas, je crois qu’on est toutes d’accord pour dire que ça vaut quand même largement le coup!

    J'aime

    1. Contente si tu étais assez informée et c’est certain qu’il faut garder le positif. Comme je le dis c’est vraiment une expérience unique et formidable dans une vie. Après je pense aussi qu’il y a des gens (dont je fais partie du coup) qui aiment savoir à quoi s’attendre – pas pour voir le verre à moitié vide ou par peur, mais tout simplement pour être préparée et du coup justement moins prêter d’attention à ces choses puisqu’on sait qu’elles sont probables. Pour ce qui est du suivi médical j’avoue que du coup je n’ai pas vécu ça car là où je vis aux Pays-Bas il n’y a pas vraiment de médicalisation tout est très naturel, du coup effectivement c’est un peu dommage… Quoiqu’il en soit il est clair que le jeu en vaut la chandelle, rien n’est plus beau que le bonheur d’avoir ce petit être en soi puis dans nos vies 🙂

      J'aime

  2. Roooo…. Mais chuuut! Il ne faut rien dire! Sinon plus personne ne voudra jamais enfanter… Et oui, la grossesse c’est pas comme dans une pub pour Guigoz, non non. C’est bien plus triviale. Oui, oui, tu vas en chier littéralement (ou pas, et c’est souvent pire!!). Mais heureusement la nature est bien faite et la femme amnésique ce qui fait qu’elle oublie et recommence…

    J'aime

  3. Je te remercie pour cet article, qu’il faut avoir du cran pour écrire.
    Je ne suis pas encore maman, on y travaille. 😉 Mais en fait ce que je trouve le plus flippant dans la grossesse et l’accouchement, c’est cet espèce de tabou qu’il y a autour. On nous chante que c’est merveilleux, que l’accouchement et le plus beau jour d’une vie… Et ouais, non, en fait, bah ce n’est pas que ça.
    En fait, ce qui m’agace, c’est qu’on dirait que pour la plupart des femmes, avouer qu’elles ont eu des moments de galère, de déprime, de douleur, d’épuisement, ça revient à nier le bonheur d’être mères. Alors que pour moi, ça n’a rien à voir. Je suis convaincue que la grossesse et la naissance d’un enfant sont les moments les plus merveilleux d’une vie, cette victoire de la vie, de l’amour, c’est juste extraordinaire. Et ça n’est pas parce qu’on a eu mal, parce qu’on a été démoralisé, parce qu’on s’est senti moche que ça remet tout ça en question.
    Donc, ouip, ça m’agace un peu qu’on fasse ce silence absurde sur tous les côtés désagréables d’une grossesse.
    Moi, au contraire, je trouve ça rassurant d’en parler, je trouve que c’est de taire les choses qui les rend angoissantes. Et non seulement ça ne gâche rien au bonheur et à l’émerveillement de cette étape de la vie, mais même, savoir que ce n’est pas toujours une partie de plaisir, ça ne rend la maternité que plus admirable et la chose que plus belle.

    Donc, bravo pour cet article, bravo de dire ces choses comme tu les as ressenti.

    Après il y a probablement une énorme part du fait qu’après un moment éprouvant, on a tendance à n’en retenir que le positif.

    Il y a quelques années, j’ai été hospitalisée pour un souci très grave, j’ai pensé mourir à un moment donné. Aujourd’hui, quand j’y repense, il ne me reste que des souvenirs ultra positifs. Je n’arrive pas à comprendre comment c’est possible. Pourtant, rien de positif à la sortie, pas d’enfant, pas de bonheur… Mais voilà, la douleur, l’angoisse, les délires terrifiants provoqués par la fièvre et les médocs, je sais que ça a existé mais je n’en ai aucun souvenir concret. Par contre, je me souviens du plaisir simple de regarder un film pourri, allongée dans mon lit, en grignotant les chocolats absolument divins offerts par ma maman. Je me souviens du kinder bueno que mon copain me ramenait chaque jour de la cafétéria ; de la fois où il m’a préparé des pâtes avec ma sauce préférée qu’il faisait si bien et où il les a ramenées, a obligé l’infirmière à les faire chauffer dans le service et à me les servir à la place des plateaux immonde pour que je mange un peu plus que d’habitude…
    J’ai plein plein de petits souvenirs qui me font sourire chaque fois que j’y repense, et je n’arrive pas à vraiment me rappeler que dans l’ensemble, c’est la pire période de ma vie…
    Alors je ne serais pas si étonnée de faire finalement partie de ces femmes qui m’agacent aujourd’hui, une fois ma grossesse passée, et de raconter à tout le monde que c’était merveilleux…

    J'aime

    1. Merci pour ton message, tu as tout compris. Pour moi taire ce genre de choses c’est les rendre plus difficiles à vivre sur le coup alors que si on les connaît on s’y prépare et ça se passe mieux.et ça n’enlève rien à la beauté de cette période au contraire. 😊 Merci pour ton témoignage aussi, tu as raison au final l’esprit humain est bien fait et ce n’est pas parce qu’on a vécu des trucs difficiles (toutes proportions gardées du coup!) qu’on en oublie les bons, ça leur donne au contraire plus de saveurs. Je suis contente de t’avoir touchée et surtout je te souhaite bonne chance pour ton projet familial 😉 À bientôt

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s