Photos de grossesse & de naissance

Grossesse & naissance
Mes conseils pour des photos réussies

Garder des souvenirs des moments marquants de ma vie est quelque chose qui m’est très cher. La photographie étant un art qui me parle particulièrement (et que je rêverais de maîtriser, même si pour le moment j’en suis extrêmement loin), j’ai eu envie de faire réaliser des photos professionnelles pour les événements les plus importants, que ce soit mon mariage, le récent baptême de ma fille mais aussi et bien sur ma grossesse et la naissance de ma fille. Pour ces deux derniers, il existe une série de petits conseils qui pourraient vous permettre de réussir encore mieux ces photos, que vous les fassiez réaliser par un photographe, ou que vous préfériez les réaliser vous-même.

Et vous, avez-vous fait réaliser des photos professionnelles ou les avez-vous faites vous-mêmes?

A bientôt!

Sandy

Publicités

Bien vivre son alimentation enceinte

Grossesse & naissance
Toxoplasmose, listériose: Mes astuces et conseils

Il est de notoriété publique qu’une femme enceinte ne peut pas tout manger. Lorsque bébé pointe le bout de son nez, adieu sushi, steak tartare et autre camembert au lait cru! La cause? Ces satanées bactéries que sont la listeria et la toxoplasmose.

Mais une femme enceinte est-elle pour autant vouée à manger de la semelle de chaussure et des légumes bouillis tout au long de sa grossesse? Ou est-il malgré tout possible de se faire plaisir lors des repas?

Voici une petite vidéo qui je l’espère vous donnera quelques clés pour mieux vivre votre alimentation pendant la grossesse:

Alors, et vous quels sont vos petits trucs pour profiter malgré tout pendant la grossesse? Et d’ailleurs, avez-vous des « envie de femme enceinte »? Si oui, dites-moi lesquelles et en attendant mon prochain article, prenez bien soin de vous! 🙂

Enceinte? Les démarches

Grossesse & naissance

Vous avez fait votre test urinaire et la grande nouvelle est tombée: ça y est, vous êtes enceinte!!! Que vous ayez attendu ce moment ou non, dans la plupart des cas ce sera une merveilleuse nouvelle qui vous transcendera pour un long moment!

Mais une fois l’euphorie de cette nouvelle passée, il va falloir effectuer quelques petites démarches tant d’un point de vue administratif que médical. Voici donc les démarches que j’a identifiées, notamment pour le tout début de grossesse, en France principalement mais aussi aux Pays-Bas (en fin de vidéo).

 

A ce sujet, je souhaite préciser que (en tous cas en ce qui m’a concernée), c’est votre sage-femme qui vous indiquera aux Pays-Bas l’hôpital dans lequel vous serez supposée accoucher (sauf si vous en avez décidé autrement). Elle se chargera de prendre contact avec eux puis vous programmera un rendez-vous avec les sages-femmes de cette structure pour finaliser votre inscription. Tout passera donc (sauf pour un seul rendez-vous) par intermédiaire de votre sage-femme de ville et vous n’aurez a priori pas de contact direct avec l’hôpital avant votre accouchement.

N’oubliez pas non plus de vous renseigner quant à la déclaration de naissance de votre bébé. Nous avions déclaré sa naissance à la mairie de la ville de sa naissance (il obtiendra alors un BSN number et surtout le processus de suivi post-partum – consultatie bureau, contrôle de l’ouïe, tests sanguins – sera enclenché), puis une fois le justificatif obtenu, nous nous sommes rapprochés du consulat général de France à Amsterdam puisqu’aux Pays-Bas c’est le droit du sang qui prime… Pas de nationalité néerlandaise pour vos petits bouts! 😉

J’espère que cet article vous aura été utile et que je n’aurai rien oublié. A très bientôt pour un prochain article et surtout portez-vous bien! 🙂

 

La vérité sur… le post partum!

Grossesse & naissance, Vie de maman

Fidèle à ma précédente résolution, voici un nouvel article sur la maternité que j’ai longtemps eu envie de faire pour n’avoir trouvé que très peu d’informations à ce sujet avant mon propre accouchement.

Car oui, être enceinte constitue un extraordinaire chambardement pour nos corps, oui, accoucher est une expérience hors du commun, et bien évidemment non, on ne s’en remet pas du jour au lendemain.

Avant toute chose cependant, je tiens à préciser que le but ici n’est absolument pas d’être alarmiste ou de vous faire croire que la période post-partum est synonyme d’enfer sur terre!
Je n’ai bien sur pas vécu tous les symptômes que l’on peut attendre après la venue de bébé, et surtout je n’ai trouvé rien de tout cela insurmontable! Après tout, vous avez donné la vie juste avant. Vous êtes donc tout à fait capable d’affronter quelques petits désagréments supplémentaires, j’en suis convaincue!
Toutefois, et comme je l’avais dit dans mon précédent article « la vérité sur… la grossesse », connaître les possibilités, savoir à quoi s’attendre, peut parfois avoir un important effet psychologique pour affronter cette période un peu délicate, physiquement mais surtout psychologiquement.

C’est pourquoi j’ai voulu lister de manière assez légère les quelques symptômes post-partum que j’ai pu identifier. Et les voici en images:

Alors qu’en pensez-vous, vous sentez-vous plus apte à affronter l’après-naissance? Et vous les mamans, vous êtes-vous reconnues dans ce petit listing?

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article, en attendant prenez bien soin de vous! 🙂

13 Conseils pour réussir son allaitement

Grossesse & naissance, Vie de maman
Mon expérience, mes petits conseils

Aujourd’hui j’ai décidé de reprendre mon blog en main. Celles qui me suivent sur YouTube ont sans doute constaté que j’avais quelque peu concentré mes efforts sur ce canal, ce dernier étant en toute honnêteté un peu plus interactif à mon goût, plus direct mais aussi et surtout plus adapté à mon nouveau mode de vie de maman (car en ce qui me concerne, l’écriture demande un peu plus de temps qu’une « discussion » spontanée face caméra, même si bien sur cela implique aussi un travail de montage ensuite).

Ceci dit, j’aime aussi mon blog et je ne souhaite pas l’abandonner. J’ai donc décidé de trouver un compromis pour mener les deux de front. C’est pourquoi je pense partager ici l’ensemble de mes contenus YouTube, reprenant les divers sujets relatifs à ma vie de maman et d’expatriée aux Pays-Bas qui vous a priori ont amenées sur ce site, tout en les enrichissant par écrit.

A dire vrai j’avais déjà quelque peu commencé à poster de tels articles mais je me privais de le faire trop régulièrement, au risque de ne quasiment plus rien publier… N’hésitez donc pas à me dire ce que vous en pensez, si cela vous convient ou si vous préféreriez un autre format.

Commençons donc par ma dernière vidéo en date, traitant d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur, vous l’aurez compris: l’allaitement. Car si j’ai eu la chance d’être accompagnée pendant une semaine, chez moi, par une professionnelle à mon retour de la maternité (pour plus d’infos, c’est par ici), je sais que tel n’est pas le cas de toutes les mamans, qui souhaiteraient pourtant essayer de mettre en plus l’allaitement de leur bébé.

Un des éléments clé que j’ai omis de partager en vidéo, et pourtant Dieu sait qu’il compte: n’écoutez pas les conseils de tout le monde! En matière de parentalité, je pense que vous l’avez déjà constaté, tout le monde ira de son petit conseil, pour tout et n’importe quoi (le sommeil, l’habillement, l’éducation… et bien sur, votre choix entre allaitement et biberon).

J’avais fait une autre vidéo au sujet des inconvénients de l’allaitement (je ferai un article pour vous le communiquer très rapidement) et le regard des autres peut parfois peser sur les jeunes parents. Essayez donc de VOUS écouter, éventuellement de définir une ou deux personnes référentes, que vous écouterez, mais tâchez de ne pas vous laisser polluer par des avis contradictoires, d’un autre temps ou encore allant à l’encontre de vos envies. Vous seuls savez ce qui est bon pour vous et votre bébé, alors faites-vous confiance!

J’espère que cet article vous aura été utile et que cette nouvelle ligne directrice vous intéresse. Je vous dis à très bientôt pour un nouvel article! En attendant, prenez bien soin de vous! 🙂

Le trousseau de bébé

Articles de puériculture, Grossesse & naissance, Vêtements & Divers
Les petits articles de puériculture nécessaires à l’arrivée de bébé

Toute Maman en devenir a besoin de constituer le trousseau de son bébé. Or,  lorsqu’il s’agit de son premier enfant, il est quelque peu difficile de savoir réellement quoi se procurer et surtout en quelles quantités.

C’est pourquoi j’ai souhaité partager avec vous la liste des choses que j’estime nécessaires à l’arrivée d’un tout petit, des soins quotidiens à la nourriture en passant par le linge de maison. Bien entendu, j’y ai inclus les articles spécifiques aux Pays-Bas, puisque comme vous le savez, des soins médicaux vous seront apportés à votre domicile après l’accouchement afin de palier à l’extrême rapidité de votre séjour à la maternité ici. Afin de vous éviter la lecture fastidieuse d’une liste sans fin, j’ai choisi de vous les présenter sous format vidéo.

J’espère que cette vidéo vous aura été utile. N’hésitez surtout pas à m’indiquer si vous pensez que certains articles manquent ou si, au contraire, d’autres sont inutiles.

A très bientôt pour un nouvel article et en attendant, portez-vous bien!

PS: N’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne YouTube j’y publie régulièrement des contenus complémentaires.

La vérité sur… la grossesse

Grossesse & naissance, Vie de maman

La grossesse, cet état qu’on nous vend comme quelque chose de merveilleux, durant laquelle les mamans sont au sommet de leur beauté, de leur bien-être et de leur bonheur. Je ne sais pas pour vous mais moi, quand je m’imagine la maternité, c’est immédiatement l’image d’une maman souriante, bien coiffée, bien maquillée, avec un gilet rose tout doux qui se prélasse avec bonheur en touchant son ventre qui me vient à l’esprit…

sandy_allen036

Mais maintenant que j’ai connu cet état, il faut bien reconnaître que l’image d’Épinal qu’on peut en avoir est relativement loin de la réalité!

1. Tu rayonnes

Ah ça oui, à tel point qu’on n’arrive plus à te regarder en face! Entre l’acné du début de grossesse, puis la peau sèche, les cheveux blancs, le masque de grossesse, les joues (et le reste) qui gonflent, la cellulite, les vergetures, j’en passe et des meilleurs… Effectivement te dire que tu rayonnes, c’est beaucoup plus poli! 🙂

2. Tu profites à fond!

En fait, tu profites plutôt DU fond… de ton lit! Car ta nouvelle passion c’est DOR-MIR!  Hé oui, la grossesse ça épuise, surtout au premier trimestre. Du type d’épuisement irrépressible qui pourraient t’amener à littéralement dormir debout. Mais bien sur tu dois faire comme si de rien n’était car tes collègues et amis ne doivent rien découvrir avant le 3e mois! Et puis, selon la légende, au second trimestre l’énergie reviendrait, et serait parfois même décuplée… Quoiqu’il en soit en ce qui m’a concernée, cette énergie n’est jamais revenue, j’ai passé neuf mois à rêver de mon oreiller, me languir d’une sieste dès 11h du matin et me coucher entre 20h30 et 22h tous les jours! Enfin, ça, c’était avant le dernier trimestre quand malgré la fatigue, ce sont les insomnies qui ont montré le but de leur nez!

3. C’est un moment merveilleux entre toi, ton mari et ton bébé…

… Et la sage-femme, et le gynécologue, et le radiologue, et l’anesthésiste, et les infirmières, et la kraamzorg… et même les petites mamies qui d’un coup d’un seul se permettent de te toucher le ventre sans que tu ne les connaisses! Quel beau moment d’intimité en famille!

4. Tu t’en souviendras toute ta vie…

Ah ça oui, mais tu ne te souviendras QUE de ça! Car il faut bien l’avouer, à partir du 2e trimestre (parfois avant), l’irrigation du sang vers le cerveau semble devenir difficile voire inexistante! On pourrait croire qu’un petit être pompe toute ton énergie et tes capacités cérébrales. Alors entre tout ce que tu oublies, et tout ce que tu ne comprends plus… Tu vas vivre de grands moments de solitude!

5. C’est un état de plénitude absolue!

La plénitude des douleurs c’est certain. Car outre les nausées matinales, il faut bien reconnaître qu’on a mal par-ci par-là… Entre autres disons, au dos, aux ligaments, aux dents, on a des reflux gastriques (aaaaah ce sont les pires ceux-la), éventuellement des contractions, les pieds qui s’élargissent, de la constipation, des hausses puis chutes de tension…. Sans oublier qu’on est au top du glamour car on ne se contrôle plus totalement au niveau des sphincters: résultat on partage avec certains de nos voisins des choses qu’en temps normal on contrôle sans aucun souci!

Alors oui, bien sur, être enceinte ne se résume pas qu’à ça et bien heureusement! Il y a la joie intense d’attendre un enfant, l’immense bonheur de sentir ses petits coups sous la peau puis la mise en place d’une interaction de plus en plus importante, la complicité avec le papa, sans oublier la merveilleuse aventure en laquelle consiste une grossesse et ce qui la suit!

Il s’agit d’une expérience unique et formidable, mais personnellement, j’ai été frappée par l’omerta qui sévit entre mamans face à cet état – que l’on nous vende une image édulcorée avec pour seul inconvénient reconnu les nausées… Mais en réalité être enceinte est violent. Nos corps se métamorphosent profondément en seulement quelques mois. On gagne un poids phénoménal, nos organes sont comprimés, nos os se distendent pour laisser passer l’enfant, sans oublier qu’on retourne à un certain état émotionnel qui n’est pas sans rappeler la crise d’adolescence…

Alors non, définitivement la grossesse n’est pas un long fleuve tranquille et je pense personnellement qu’il n’y a pas de mal à le reconnaître. Cela ne m’aurait pas empêchée de tout de même le vouloir, car comme je l’ai dit, d’une part il y a tout de même de nombreux aspect merveilleux et surtout à la fin on a l’immense joie d’avoir un enfant dans sa vie. Mais j’aurais sans doute apprécié de le savoir car plus on s’attend aux choses et mieux on les accepte. C’est pourquoi j’ai rédigé cet article aujourd’hui.

Et vous qui êtes ou avez été enceinte, quels symptômes vous ont surprises? Que pensez-vous de ces tabous qui demeurèrent entre femmes (tant en ce qui concerne la grossesse que la parentalité en général d’ailleurs)?

J’espère en tous cas ne pas vous avoir fait peur mais plutôt vous sentir moins seules et je vous dit à très bientôt pour un nouvel article. En attendant prenez bien soin de vous. ❤

Dans ma valise de maternité…

Grossesse & naissance
La liste des choses à emmener pour votre accouchement

Aux Pays-Bas, les séjours à la maternité sont extrêmement courts et pas si fréquents que cela. Il n’est donc pas fréquent que les hôpitaux vous fournissent la liste des choses à emmener pour votre accouchement.

Voici donc en vidéo les choses que j’ai identifiées, basées sur les recommandations de ma kraamzorg, ainsi que sur mon expérience.

Et vous que pensez-vous emmener? Si vous avez déjà accouché (aux Pays-Bas ou ailleurs) que recommanderiez-vous d’emporter?

Prenez bien soin de vous et à bientôt!

Oui j’allaite, et alors?

Grossesse & naissance
Lettre aux détracteurs (inconscients?) de l’allaitement maternel

i-breasfeed

Ça y est, la semaine dernière nous avons commencé la diversification après 6 mois d’allaitement exclusif. Une grande étape qui marque le « début de la fin » d’une superbe expérience avec mon bébé. Une grande étape qui me pousse également à faire le bilan des 6 mois écoulés.

Et, si j’avais lu et vu beaucoup de choses sur la nécessité de ne pas culpabiliser les mères choisissant le biberon, ce avec quoi je suis absolument d’accord entendons-nous bien, je ne me doutais pas qu’en optant pour l’allaitement maternel je ferais moi aussi l’objet de remarques d’apparence anodines mais qui, cumulées, m’auront laissé un petit goût amer malgré tout…

Évidemment au début rien de tout cela bien sûr, plutôt même un certain respect de vouloir opter pour ce qu’il y a de mieux pour Bébé. Après tout, beaucoup d’autres mères essaient également, et puis, même si cela ne dure que quelques jours ou semaines, c’est toujours ça de pris…
Et puis, passé le premier mois, une certaine surprise et déjà les premières questions: « Ah oui, tu continues?! Ah ok, mais tu comptes le faire combien de temps? ». Évidemment à ce moment là on n’en sait rien soi-même alors ça semble une question logique. Mais plus on avance dans le temps, plus les petits commentaires se multiplient, jusqu’à atteindre leur paroxysme au cap des 3 mois…

Des avis donnés au détour d’une conversation:
« Quoi tu allaites toujours? Ah ben ça se voit que tu es en congé parental tu ne pourrais pas si tu travaillais! », « Ah mais tu va le faire combien de temps sérieusement? L’OMS conseille 6 mois? Allez arrête de te trouver des excuses pour ne pas couper le cordon! », « Nan mais tu te rends compte, elle gardait son lait dans le frigo avec la nourriture des autres, c’est dégoûtant! », « Non mais ne pense même pas à maigrir tant que tu allaites, j’ai même une copine qui a PRIS du poids et puis alors les seins en gant de toilette non merci! », « Quoi, tu ne diversifies que maintenant?! Non mais à son âge mon bébé mangeait des légumes depuis 2 mois déjà!?! », « Tu n’allaites pas dans les lieux publics si? Moi je trouve ça bizarre quand même »…

Sans oublier les explications à tout, suivies du bien avisé « tu devrais arrêter tu ne crois pas? »:
« Tu as mal au dos, non mais c’est normal tu allaites ça empêche de récupérer de l’accouchement! », « Tu as fait des caries, ah ben ça c’est l’allaitement ne cherche pas plus loin », « Elle fait pas encore ses nuits? Ah moi la mienne elle les fait depuis ses 2 mois et demi mais ça c’est parce que tu allaites! », « Non mais elle a 4 mois maintenant, il est clair qu’elle a besoin de plus que ça », « Ah oui tu as l’air hyper fatiguée, mais c’est ça l’allaitement c’est certain »…

Vous allez me dire que j’ai des amis en Or, mais à vrai dire la plupart de ces commentaires étaient fait de manière anodine, parfois sur le ton de l’humour, parfois non, mais sans aucun doute la grande majorité du temps sans penser à mal, bien au contraire… Cependant, c’est la répétition combinée à l’absence totale d’avis positifs (!) qui m’aura amenée à régulièrement me remettre en cause voire, dans les moments les plus difficiles, à tout simplement me décourager.

Car OUI allaiter ça fait mal au début, OUI, allaiter c’est épuisant, OUI allaiter ça empêche de faire un régime, OUI allaiter c’est un engagement personnel, NON je n’aurais probablement pas pu le faire si j’avais repris le travail 10 semaines après l’accouchement, NON je ne peux pas encore m’habiller comme je veux, NON je n’ai pas encore récupéré mon corps d’avant, NON bébé ne faisait pas ses nuits à 2 mois et demi, NON je ne peux quasiment jamais déléguer à quelqu’un d’autre mais OUI je fais tous ces sacrifices pour son bien, pour qu’elle ait le meilleur pour sa santé et NON je ne le fais pas pour mon propre plaisir même si, et heureusement, le lien ainsi tissé avec Bébé est très fort.

Alors simplement, si vous côtoyez une maman qui allaite, pensez avant d’énoncer ce type de petite phrase anodine que vous êtes peut-être la 15e personne à le faire, que peut-être cette maman est fatiguée, a des doutes sur le fait qu’elle fasse bien « ce qu’il faut » pour son enfant ou que – si vous êtes sur ce blog – cette maman est peut-être en plus de cela isolée, à l’étranger, sans sa famille et amis proches pour la conseiller et la soutenir…
Je ne cherche pas à me faire plaindre ici, heureusement j’ai eu un mari qui m’a toujours soutenue dans cette démarche, et j’ai aussi totalement conscience que dans la vie il y a des problèmes bien plus grands, mais j’avais simplement envie de vous rappeler que parfois un petit mot d’encouragement ça fait tout simplement du bien.

Alors la prochaine fois, n’hésitez pas et dites lui que ce qu’elle fait est bien et que vous vous rendez compte que c’est difficile. Vous verrez, rien ne lui fera plus plaisir!

Réussir son allaitement

Grossesse & naissance
Pourquoi vos chances sont-elles meilleures aux Pays-Bas

allaitement

En toute honnêteté, avant la naissance de ma fille, je ne pensais pas vraiment que je parviendrais à allaiter jusqu’au bout. Mais je souhaitais tout de même essayer. Alors quand j’ai finalement rencontré ma douce Poupée, je lui ai fait la fameuse « tétée de bienvenue » et, en fin de compte, je n’ai pas trouvé ça aussi horrible que je ne l’imaginais. Mais en réalité le plus difficile était à venir et je ne suis pas sure que j’aurais réussi à passer le cap sans le système néerlandais.

Bien entendu l’objet de cet article n’est pas de faire la propagande de l’allaitement. Comme je l’ai dit je n’étais même pas sûre moi-même de ne pas donner le biberon, et d’ailleurs je finirai certainement par le faire après le sevrage. L’essentiel est juste de se sentir bien, quelque soit son choix…

Mais pour ce qui est de l’allaitement en France, nombre de mes amies qui souhaitaient essayer ont fini par me dire qu’elles avaient abandonné après 1 ou 2 semaines parce que c’était vraiment trop difficile. Et je pense que j’aurais probablement fait la même chose. Par chance, j’ai pu m’appuyer sur ma bonne fée la marraine, la femme dont vous savez désormais tout : la kraamzorg (si ce n’est pas le cas, lisez mon post précédent).

Car parmi ses pouvoirs magiques, elle compte celui de vous aider à mener à bien votre allaitement si telle est l’option que vous avez choisie.

1. Son savoir-faire elle vous transmettra

Un des aspects positifs liés au fait d’avoir quelqu’un à domicile pendant une semaine entière est que cette dernière sera présente pour vous assister pour la plupart des repas de Bébé.
En plus de veiller à vous fournir tout ce dont vous avez besoin pour ce faire (repos, encas, boissons), elle sera à même de vous donner de nombreux et précieux conseils. Elle corrigera votre posture, vous apprendra à reconnaître les signes de la faim avant que Bébé ne pleure (parfois je confondais faim et coliques par exemple car son comportement était similaire), vous montrera comment doit se placer la bouche de votre enfant ou encore comment extraire du lait pour stimuler son odorat et mieux le guider…
Grâce à ces recommandations, adaptées à vos besoins spécifiques, elle vous aidera à allaiter plus rapidement de manière plus efficace. Et quand on sait que la plupart des douleurs liées à l’allaitement (crevasses, mastites, etc) viennent d’une mauvaise position du bébé, je vous laisse évaluer les bénéfices d’une telle transmission de savoir-faire !

2. Du réconfort elle vous apportera

La période la plus difficile, à mon sens, est véritablement la semaine qui suit la naissance. La montée de lait, le manque d’expérience (le vôtre mais aussi celui de Bébé), les maux du post-partum et la fatigue sont tous à leur paroxysme à ce moment-là… Partager vos difficultés et inquiétudes, tout en sachant que si vous vous êtes débattu avec votre allaitement durant la nuit il y aura quelqu’un au petit matin pour vous donner les clés pour résoudre vos soucis, est un trésor que vous chérirez.
De plus, grâce aux examens quotidiens qu’elle pratiquera (pesée du bébé, contrôle des couches), vous pourrez calmer vos angoisses potentielles, vous assurant ainsi que votre petit bout ne manque en fait de rien et grandit bien.

3. Aux urgences elle parera

Pour finir, son rôle sera essentiel si vous avez à faire face à de grosses difficultés (en tous cas, grosses pour vous ;-)). En ce qui me concerne, c’est LA raison pour laquelle j’allaite toujours au jour d’aujourd’hui. Avoir une spécialiste, à la maison, chaque jour, dédiée à vous et à votre bébé peut en effet vous sauver la vie pour ce qui est de reconnaître et prévenir de plus gros problèmes.
Ainsi, par exemple, quand ma montée de lait est arrivée, l’excès de lait produit a complètement empêché Bébé de boire correctement, et ce durant de très longues heures. A l’hôpital on m’avait mise en garde contre le fait de laisser ma Poupée plus de 6 heures sans s’alimenter, sous peine de quoi elle deviendrait apathique et ne serait alors plus en mesure de s’alimenter seule. Vous imaginez donc mon angoisse lorsque cette pauvre chérie âgée de seulement 3 jours s’est retrouvée dans l’impossibilité de boire pendant près de 8 heures !!! De plus, en l’absence de tétée, je stockais beaucoup trop de lait, ce qui était douloureux et aurait pu causer une infection… Grâce à la kraamzorg qui d’une part sut reconnaître les risques, d’autre part me rassura sur le temps qu’un bébé de cet âge pouvait passer sans boire et pour finir me fournit immédiatement un tire-lait (OK c’est basique mais je n’en avais pas acheté avant la naissance), tous mes problèmes furent résolus en l’espace de quelques heures seulement.

Alors oui, vous l’aurez compris, pour moi le fait que vos chances de réussite soient meilleures aux Pays-Bas repose en fait sur une seule personne mais je pense que cette dernière peut vraiment faire la différence… En tous cas ce fut le cas pour moi.
Et vous quelle est votre expérience de l’allaitement ? Que pensez-vous du système hollandais ?

Prenez soin de vous et à très vite