Grossesse et prise de poids

Grossesse - Bébé 2, Vie de maman
Mon rapport au corps et mon expérience

« Combien as-tu pris pendant ta grossesse? »

Étrangement, étant enceinte, il s’agit là d’une des questions que vous entendrez le plus souvent, sans doute juste après celle concernant le sexe de bébé… Comme une angoisse des autres femmes (car ne nous leurrons pas cette question n’est jamais celle d’un homme) qui s’exprimerait à l’idée qu’enfanter puisse transformer nos corps…

Il est vrai que l’adage de nos grands-mères selon lequel nous devrions manger pour deux est aujourd’hui dépassé et aujourd’hui les recommandations pour une femme de corpulence moyenne devraient théoriquement se limiter à la prise d’1 kg par mois…
Toutefois, plus qu’un simple guide, un fil conducteur pour notre suivi de grossesse, ce chiffre se transforme bien souvent en objectif à ne surtout pas dépasser, que ce soit pour certains membres du corps médical ou pour l’entourage qui, vous pouvez me croire, gardera un œil attentif à votre silhouette tant avant qu’après votre accouchement… De recommandation médicale à dictat de la minceur il n’y a parfois qu’un pas, mais est-ce bien raisonnable ?

Je vous donne aujourd’hui mon avis sur cette question épineuse en partageant avec vous mon expérience lors de mes 2 grossesses.

Et vous, comment vivez-vous la prise de poids ? Angoisse, maîtrise totale ou grande détente ?

Quelle que soit la réponse, j’espère que cette vidéo vous donnera un point de vue un peu différent sur la question. Je vous dis à très bientôt et en attendant prenez bien soin de vous !

Sandy

Favoris Maman & Bébé

Vie de maman
Nos favoris du mois de Juillet

J’ai toujours cherché une certaine cohérence sur ma chaîne et mon blog: parler de maternité, d’astuces de maman, de vie de maman expat, etc dans l’optique d’aider les futures ou jeunes mamans qui, comme moi, auraient eu besoin d’avis sur ces sujets.

Pour autant, il est fréquent que je fasse des découvertes, des achats, que j’aie des coups de cœur multiples et variés sur un grand nombre d’autres choses telles que des objets déco, des lieux à visiter, des aliments à déguster ou encore des séries à découvrir, que j’ai envie de partager avec vous mais sans forcément savoir dans quel cadre.

Aujourd’hui, j’ai décidé de le faire, sans me mettre de barrière, chaque mois via une vidéo favoris, pour moi et pour ma fille de 2 ans…

 

J’espère que cette vidéo vous plaira et vous fera éventuellement découvrir de nouvelles choses. A bientôt pour un nouvel article, en attendant prenez bien soin de vous! 😉

 

Sandy

Le trousseau de naissance Premiers Moments

Articles de puériculture, Vêtements & Divers
Le concept pour parents paumés… et leurs proches!

Comme vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps déjà, notamment sur ma chaîne YouTube, avant de décider de commencer les essais bébé pour ma Poupette savoir ce dont pouvait bien avoir besoin un bébé au quotidien était le cadet de mes soucis… Un body? Une turbulette? Un lange? Je savais à peine ce dont il s’agissait, quant à dire à quoi cela servait… On en était loin! Ainsi, je vous laisse imaginer quel fut le jour venu mon désarroi devant l’offre pléthorique existant en matière de puériculture, laquelle nous étant bien entendu systématiquement présentée comme étant absolument IN-DIS-PEN-SABLE et ES-SEN-TIELLE au bon développement des tout petits…

Que me faudrait-il vraiment? Comment départager le gadget du bon plan? Et comment savoir dans quelles quantités s’équiper, notamment en matière de textile? Je n’en savais strictement rien.

C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai eu envie de me lancer sur les réseaux sociaux: outre aborder la question méconnue de la grossesse et de l’accouchement aux Pays-Bas, je ressentais le besoin de m’adresser aux mamans qui, comme moi, découvraient alors un monde méconnu et étrange sans oser véritablement en demander le décryptage aux initiées.

Quel ne fut donc pas mon enthousiasme quand j’ai découvert durant le dernier E-fluent summer festival la marque Premiers Moments… Une marque fondée par deux parents qui, tout comme moi, avaient fait alors qu’ils attendaient leur premier enfant le constat de ce manque de lisibilité et avaient souhaité y proposer une réponse.

Cette réponse? Un trousseau prêt à l’emploi regroupant tout ce qui serait nécessaire à l’accueil d’un nouveau né.

featured

Le trousseau Premiers Moments est ainsi constitué d’un très joli couffin tressé à la main et de 6 pochons classés par thématiques: repas, sommeil, soins, bain, vêtements et change. Au total, 47 produits, soit issus de marques partenaires à la réputation fiable telles que Nuk ou Love & Green (pour mémoire une des marques de couches les plus saines selon l’étude de 60 millions de consommateurs de 2017), soit créés par les fondateurs eux-même à l’aune de leur expérience de parent et de leur volonté de s’ancrer dans une démarche bio et éthique.

Et pour plus d’informations sur le contenu détaillé dudit trousseau, c’est par ici:

Bien entendu, et comme évoqué en vidéo, ce trousseau est kit idéal pour les futurs parents à la recherche d’une solution fiable et pratique pour acheter le strict nécessaire pour leurs enfants tout en se garantissant une origine et une composition saine. Mais il s’agit encore plus selon moi du cadeau idéal à réaliser pour leurs proches ou à l’occasion d’une baby shower. Grâce à l’option Sharegroop directement proposée sur le site, il vous est en effet possible de partager les frais d’achat facilement tout en faisant un vrai beau cadeau dont ils se souviendront aux parents en devenir… Et si vous ne souhaitez pas la totalité du trousseau, chaque pochon est dissociable et se vend individuellement.

Alors, et vous, que pensez-vous de ce concept? Seriez-vous prêt à l’offrir ou à le mettre sur votre liste de naissance ou faites-vous plutôt partie des futurs parents qui aiment sélectionner personnellement chaque article pour bébé? En ce qui me concerne, si j’avais connu ce concept lors de ma première grossesse, j’aurais pour sur fait partie de la première catégorie! 😉

Sandy

 

 

Les soldes… Mon talon d’Achille?

Vêtements & Divers

Depuis mon adolescence, j’ai toujours été une girly girl comme on dit: fan de shopping, j’ai rapidement une propension naturelle à la dépense que ce soit en vêtements ou en accessoires… Le plus souvent, je fonctionnais par vagues et pouvais dépenser des centaines d’euros en quelques semaines avant de tout arrêter pour mieux reprendre à la suivante. Au lycée, j’avais même envisagé me lancer dans la création de vêtements, passionnée par le travail des stylistes de haute couture… Enfin, ça c’était moi AVANT de devenir maman.

Étrangement, après la naissance de mon aînée, les changements sur mon corps et surtout le fait de ne pas reprendre le travail immédiatement, cet engouement pour la mode s’est largement estompé, au point que je ne m’imaginais même plus porter les jolis vêtements que je voyais en magasin… Comme s’ils n’étaient plus pour moi, ne pourraient plus m’aller… Une petite crise d’image qui ne me dérangeait pas tant que ça en réalité puisque, dans mon esprit, une chose et une seule passait désormais largement avant moi-même: ma fille!

C’est alors que j’ai commencé à transférer cet amour des jolies choses pour elle. Déco, jouets, linge de maison, tout y passait et je me régalais comme si chacun de ces articles était destiné à la petite fille qui sommeillait toujours en moi. Mais le summum restait bien sur le fait de lui constituer une garde-robe. Et quel régal lorsqu’en plus de cela ladite garde-robe nécessitait d’être renouvelée tous les trois mois ! Je pouvais m’en donner à cœur joie…

Ceci dit, en grandissant, sa croissance s’est (légèrement) stabilisée et j’ai commencé à entrer dans une démarche plus minimaliste, tachant d’optimiser les quantités comme les provenances de mes dernières acquisitions. Oui mais… Entre temps futur petit frère a pointé le bout de son nez ! Et son propre besoin en vêtements d’automne/ hiver (poupette étant un bébé d’été) et la prédominance de rose dans l’ancienne garde robe de sa grande sœur m’ont fourni l’excuse idéale pour établir une liste de choses à racheter. Une liste! Mais c’était sans compter les soldes qui ont sonné le glas de toutes les résolutions d’avant-grossesse. En effet, je m’étais déshabituée de ce phénomène qui n’existait pas en tant que tel aux Pays-Bas: il y avait des périodes de promotion plus ou moins généralisées dans les magasins certes, mais rien de comparable avec la grande braderie que l’on retrouve deux fois par an en France. Et face à cet appel des opérations marketing, je dois reconnaître avoir subi une rechute en bonne et due forme dont vous pourrez voir l’ampleur avec ces deux vidéos…

[

Alors si certains de ces achats étaient bel et bien nécessaires, j’ai bien conscience du fait d’avoir légèrement abusé sur les quantités du fait des mini prix affichés ci et là. Mais face à cette faiblesse, comment réagir ? Comment trouver un juste milieu entre le plaisir de préparer l’arrivée de bébé, cet amour des jolies choses et l’envie de rationaliser le nombre d’objets présent dans notre foyer ? Si vous avez des astuces, je les prends bien volontiers, car pour tout vous dire je n’ai pas encore trouvé la réponse à ces questions! 😉

Mais vous, en ce qui concerne vos enfants, êtes-vous plutôt serial shoppeuse ou véritable minimaliste ?

Je vous dis à très vite pour un nouvel article, en attendant portez vous bien 😀

Sandy

Ma morning routine

Vie de maman
Enceinte et avec un bébé de 2 ans

S’organiser avec un enfant en bas age n’est pas toujours simple surtout au début, c’est le moins que l’on puisse dire. Cependant, au fil des mois et des années, on finit par trouver la routine qui nous convient et nous permet de gagner du temps, ensemble de petits rituels que l’on applique plus ou moins répétitivement chaque matin pour le bon équilibre de toute la cellule familiale.

Toutefois, force est de constater que cette dernière n’est pas immuable, loin de là: bébé grandit, chacun a d’autres envies d’autres contraintes, et, alors que bébé 2 grandit bien au chaud dans le ventre de maman, c’est une nouvelle organisation, sans doute encore plus efficace et plus axée sur le bien être de chacun qu’il faut trouver.

Après 6 mois de grossesse, je pense pouvoir affirmer que nous avons trouvé la notre. Et comme toute YouTubeuse qui se respecte (haha!), j’ai souhaité partager avec vous ce à quoi elle ressemble. J’espère que vous y trouverez quelques petites idées pour votre propre organisation avec vos tout petits.

Et vous, quels sont vos rituels du matin? Y a-t-il UNE chose dont vous ne savez pas vous passer au réveil? En ce qui me concerne, je pense que c’est vraiment mon thé: en toutes circonstances c’est LA chose qui me permet de me réveiller en douceur… 😉

Sandy

JOYEUX ANNIVERSAIRE ☁ Les 2 ANS de BÉBÉ

Vie de maman

Deux ans déjà… Ce jour là, il pleuvait. J’ignore pourquoi, c’est un détail qui m’a marquée. Cela faisait presque un an que son papa et moi nous étions mariés entourés de nos proches en France, avant d’emménager aux Pays-Bas pour raisons professionnelles. Une nouvelle vie après 10 ans de relation s’ouvrait à nous et, tout naturellement, elle avait décidé d’y prendre part…

enceinte-feature

Comblée de joie au départ, j’avais ensuite cédé, comme beaucoup de nouveaux parents j’imagine, à une certaine angoisse. Serais-je une bonne mère? Saurais-je lui apporter ce dont elle aurait besoin? Serait-elle en bonne santé? Saurions-nous faire son bonheur? Moi qui ne m’étais jamais réellement intéressée à la maternité ou à ce dont avait besoin un jeune enfant, j’avoue m’être alors sentie perdue, loin des miens, dans un pays où je ne parlais pas la langue, mais surtout dans lequel les pratiques liées à la grossesse étaient si différentes des nôtres…

Entre suivi beaucoup moins médicalisé et accouchement souvent bien plus naturel à tous points de vue, ce que je prenais à l’époque pour une certaine désinvolture vis-à-vis de cet état m’avait inquiété. La peur de la douleur, la peur de contracter la toxoplasmose alors qu’il n’y avait pas de suivi sur ce point, la peur de devoir faire face à d’éventuelles incompréhensions culturelles le jour J me paralysaient, à tel point que j’ai même sérieusement envisagé de rentrer en France pour accoucher.

Toutefois, plus j’avançais dans ma grossesse, plus j’en apprenais sur le sujet de la maternité (c’est d’ailleurs à ce moment-ci que j’ai découvert les blogs et autres chaînes YouTube dédiées à cette thématique, lesquelles ont été pour moi une mine d’informations et de soulagement), mais aussi et surtout plus j’apprenais à faire connaissance avec elle, plus je lâchais prise et commençais à me sentir capable de mener à terme cette grossesse en Hollande. C’est donc ce que je fis, aujourd’hui avec du recul, pour le meilleur!

Le jour de mon accouchement, j’avais donc accepté le fait que je ne pourrais sans doute pas tout contrôler de cet événement, imprévisible tant dans sa date que dans ses modalités. Et lorsque j’ai finalement perdu les eaux, l’excitation d’enfin rencontrer cet enfant tant désiré se mêla à la résolution de faire tout mon possible pour l’accompagner au mieux dans l’épreuve que serait pour elle sa venue au monde. C’est donc sereine que je pris le chemin de l’hôpital, sous la pluie hollandaise…

Trente-quatre heures plus tard (le récit de mon accouchement ici), nos regards se croisèrent pour la première fois et, si j’étais plus impressionnée par elle et sa réalité (oui, étrangement mais surtout très pragmatiquement, mes premières pensées en la voyant furent « cet immense bébé est-il vraiment celui qui était dans mon ventre il y a encore quelques heures?! » puis « Oh mon Dieu mais c’est un vrai bébé… et c’est le mien! » :-)) que submergée par la légendaire vague d’amour qui était supposée m’envahir instantanément. Toutefois, il ne me fallut pas plus de quelques minutes pour ne plus parvenir à détacher mon regard du sien et réaliser qu’enfin, cette nouvelle aventure qui m’avait tant interrogée se tenait là, dans mes bras…

Photos de grossesse & naissance - featured

Depuis lors mon amour pour elle n’a cessé de croître. Chaque rire qu’elle a émis, chaque étape qu’elle a franchie, chaque regard que nous avons échangé ont été pour moi comme une nouvelle couche de ciment apportée à un amour déjà inébranlable et infini… Aujourd’hui, je comprends enfin ce que l’on entend par « l’amour d’une mère ».

Aujourd’hui je profite aussi pleinement de la phase dans laquelle elle se trouve: 2 ans… The terrible two? Peut-être, oui, dans une certaine mesure… Mais aussi the wonderful two, en ce que les échanges avec elle n’ont jamais été aussi riches, son langage jamais aussi fourni et son caractère jamais aussi affirmé. Ma Poupette qui hier encore n’arrivait pas à trouver son pouce me fait aujourd’hui des blagues, aime rire, danser, faire du toboggan toute seule, créer des papillons et des étoiles en « pamalé » (= pâte à modeler)… Elle nous montre chaque jour un peu plus de sa personnalité et, objective ou pas, j’avoue que j’en suis fan.

Aujourd’hui, je savoure également chaque moment passé seule avec elle. Car je sais que bientôt, celle qui a eu tout mon amour, toute mon exclusivité, tous mes regards, devra apprendre à partager avec un petit frère dont elle ignore tout et qu’elle n’a pas demandé. Bien sur, je sais qu’avoir des frères et sœurs est on ne peut plus naturel. J’ai moi même une sœur aînée et je connais bien cette position de cadette qui, somme toute, a également ses avantages et inconvénients. Cependant, je ne peux m’empêcher d’éprouver une certaines nostalgie mêlée de culpabilité à l’idée de tourner une page à trois pour écrire le reste de nos histoire à quatre…

Quoiqu’il en soit, j’espère (et suis tout de même plus que confiante, entendons-nous bien) que l’an prochain, lorsque j’écrirai sur son 3e anniversaire, je pourrai vous raconter à quel point cette petite demoiselle nous a encore épatés par ses progrès et combien elle est heureuse d’avoir un petit frère pour partager ses jeux et ses découvertes. Je ferai en tous cas tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette transition se passe au mieux pour chacun, et bien sur, je vous dirai au fur et à mesure ce qu’il en est…

Pour conclure, si cela peut vous intéresser, je vous laisse avec cette petite vidéo consacrée à sa déco d’anniversaire et à ses cadeaux, histoire de vous donner quelques idées le cas échéant.

Je vous dis bien sur à très bientôt pour un prochain article, en attendant, prenez bien soin de vous.

Sandy

Maman de deux

Grossesse - Bébé 2
Mes interrogations face à cette nouvelle grossesse

Avant l’arrivée du premier bébé, on est souvent assaillie de questions : que me faut-il pour accueillir ce petit être, que dois-je savoir pour bien m’en occuper, serai-je une bonne mère, m’aimera-t-il…? Oui, à ce stade, tout est à découvrir et ce saut dans l’inconnu peut parfois sembler étourdissant.

Pour un second bébé, la grossesse est apaisée, notre confiance en notre capacité d’être mère plus solide, quant à nos armoires, elles sont remplies de mini-vêtements adorables… Et aussi de matériel de puériculture, ma foi plus ou moins utile selon les cas !

La grossesse de la maturité donc ? Peut-être… Mais avec maternité rime aussi souvent une constante envie de faire au mieux pour ces petits êtres qui dépendent tant de nous pour devenir des adultes épanouis et sûrs d’eux. Être mère c’est découvrir cette angoisse permanente qu’il puisse arriver quoique ce soit à notre petit trésor, et leur éviter toute blessure tant physique que psychologique devient dès lors notre priorité numéro un. Alors pour ce qui est des questions, si elles changent de genre, elles sont toujours bien présentes !

mamande2

Comment vais-je pouvoir gérer deux bébés ?

Ça y est, bébé 1 est dans votre vie depuis quelques temps déjà, vous avez enfin trouvé une routine à 3 et vous commencez tout juste à retrouver des moments juste pour vous lorsque bébé 2 se décide à arriver… Et qu’il soit un bébé surprise ou que vous l’ayez souhaité, très vite la question fatidique de savoir comment vous allez bien pouvoir faire pour en gérer non pas un mais deux (dont l’un rappelons-le passera ses premières heures semaines à se réveiller au minimum toutes les 3h), notamment lorsque votre premier enfant depuis que vous êtes enceinte devient soudainement et par le plus grand des hasards une véritable extension de vous-même, un nouveau membre de votre corps avec lequel vous mangez, vous dormez, vous allez vous doucher, aux toilettes et j’en passe…. Le temps que vous parvenez à VOUS consacrer n’est aujourd’hui se compte en minutes (lorsque vous avez de la chance – beaucoup de chance – en quelques heures… ^^), alors qu’en sera-t-il lorsque vos nuits seront anarchiques, que vous ne pourrez plus récupérer la journée car bébé 2 demandera de l’attention, que vous serez ensevelie sous les couches de deux enfants, etc… ? Comment survivre? C’est la véritable question!

Comment vais-je préserver mon aînée?

Outre le manque de temps pour vous-même, puisqu’en fin de compte il résulte d’une décision que VOUS avez prise, une question s’imposera également très vite à vous et de manière récurrente: comment faire pour rendre l’arrivée de bébé 2 la moins douloureuse possible pour ma fille? Douloureuse, oui, car même s’il s’agit d’une merveilleuse nouvelle, tout à fait naturelle et dans la continuité de la création d’une famille pour les parents, pour l’enfant il ne peut s’agir que d’une perte: une perte d’attention, d’exclusivité, la perte de son statut de bébé également bref un grand chamboulement, source de nombreux doutes et questions pour ce petit cerveau, que l’on s’efforcera de rendre le plus fluide et simple possible. Mais comment rendre ce dernier le moins difficile? Et surtout comment l’expliquer et le préparer lorsque votre aîné n’a pas encore 2 ans?
Bien sur il existe de nombreux livres, des outils pédagogiques, on essaie de verbaliser, de faire participer, mais tant que bébé 2 n’est pas là il est indéniable que l’impact de sa venue ne sera pas vraiment compris. Alors on essaie surtout de ne pas en faire un problème et de ne pas montrer nos doutes ni notre culpabilité, en croisant les doigts pour être le moins maladroit et le plus disponible possible le jour venu…

Comment donner sa place au petit nouveau?

L’arrivée de bébé 1 dans nos vies fut, comme pour toute famille nouvellement composée, un véritable cataclysme: nouvelles habitudes, nouveau rythme, nouvel équilibre pour la vie de couple… mais aussi et surtout, un nouvel amour, un amour fou, infini, un amour unique et inégalable! Alors… lorsque la barre a été mise si haut, comment serait-il possible d’aimer une deuxième personne aussi fort? Bien sur, on ne peut ignorer ce que tous les parents de la terre ne cessent de répéter: « l’amour ne se divise pas il se multiplie », « on aime tous nos enfants avec la même force même si ces amours peuvent être différents », « plus on a d’enfants plus notre cœur grandit »… Et on se doute bien qu’il en sera de même pour nous, une fois qu’on l’aura dans nos bras, mais comment ne pas douter lorsque l’aîné prend tant de place dans notre cœur?
Comment s’assurer aussi de lui accorder suffisamment d’attention? Bébé 1 aura eu ses parents pour elle seule, aura été le centre de leur monde durant 26 mois, mais bébé 2 devra dès le début partager leur regard avec une autre. Pour avoir été cadette de ma famille, je n’ai pas le souvenir d’avoir véritablement souffert d’un partage du temps, puisque l’ordre des choses était ainsi dès le début. En revanche j’ai, comme tout enfant, douté de ce que l’amour que mes parents soit le même que celui qu’ils éprouvaient pour ma sœur. De cette expérience j’en retire le besoin de dégager des moments seule avec ce petit bébé à venir (bien sur, j’entends qu’il en aille de même pour son papa!), de lui donner un semblant d’exclusivité à lui aussi, par souci d’équité et pour lui permettre de justement pleinement trouver sa place dans notre nouvelle famille à 4…

Comment évoluera mon couple avec 2 bébés à la maison?

Vous l’aurez compris, mes doutes et questions concernent chaque membre de ma famille! Et puisque selon moi, le pilier d’une famille, c’est l’entente entre les parents, comment ne pas s’interroger sur la meilleure manière de la préserver? Comme évoqué un peu plus haut, le manque de temps pour moi m’effraie déjà, alors que dire du temps pour mon mari? Garder du temps à deux étant déjà une gymnastique particulière aujourd’hui, comment envisager le faire avec deux petits enfants? Et comment ne pas avoir en tête cette fameuse phrase entendue de multiples fois: « le deuxième bébé, c’est la crise du couple »? J’ai évidemment confiance en mon couple et sait que même s’il devra immanquablement essuyer quelques orages face à la fatigue, au stress, aux pleurs, à la logistique etc, je pense j’espère que nous saurons faire la part des choses. Mais combien de temps durera cette phase? Aujourd’hui encore nous nous heurtons parfois sur la manière d’éduquer notre Poupette, de gérer sa dépendance, tout comme sur des questions de pure logistique quotidienne… Alors avec deux bambins, moins de temps, moins de patience et plus de questions en perspective, comment faire pour maintenir notre équilibre et nous retrouver régulièrement?

Bien sur, je vous parle de mes doutes et peurs, mais il va de soi que je sais qu’avoir deux enfants dans un foyer est source d’un grand bonheur! Je suis aussi convaincue d’aimer ce petit bout tout aussi fort que sa sœur, car pour elle non plus je n’imaginais pas l’ampleur que pourraient prendre mes sentiments de maman. J’imagine aussi la complicité qu’ils pourront un jour développer tous les deux, avec notre concours, car malgré la compétition et la jalousie toute naturelle, avoir un frère ou un sœur est un don précieux si on sait l’apprécier… Une nouvelle grossesse, même si elle n’est pas la première reste un changement, une transformation émotionnelle, physique et matérielle, mais elle est, pour nous en tous cas, la source d’un grand bonheur présent et à venir…

Alors, et vous, comment imaginez-vous l’arrivée du 2e? Et si vous êtes déjà maman comment l’avez-vous vécue ? N’hésitez pas à échanger vos expériences car comme vous pouvez le constater je serais preneuse de tout conseil ! 😁

Je vous dis à très bientôt pour un nouvel article, et en attendant prenez soin de vous 💙

Sandy

Journal de grossesse – Ma 14e semaine (16 SA)

Grossesse - Bébé 2

Déjà la 14e semaine de grossesse! Et cette semaine j’ai fait ma 2nde visite prénatale, avec une gynécologue ma foi assez… particulière! Pour en savoir plus c’est par ici:

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je suis toujours surprise de constater à quel point, dès lors que cela touche à la parentalité les gens tendent à vous faire culpabiliser. Outre le fait de se permettre plus d’intrusion, que cela soit verbalement ou même physiquement, c’est avec un certain aplomb que quelques uns n’hésiteront pas à pointer vos failles du doigt, prédisant par là même un futur des plus noirs pour votre progéniture si mal partie dans la vie.

Bon alors d’accord, la plupart du temps ce type de comportement part d’une bonne intention: vous aider dans votre futur rôle de parent, mais tout de même force est de constater que ce n’est qu’à partir de ma première grossesse que j’ai eu à faire face à ce type d’injonctions et de jugements aussi ouverts.

Je reconnais que cette gynécologue n’était pas tout à fait dans le faux, et que verbaliser la grossesse eut été bénéfique pour ma fille. J’avoue même avoir trouvé cette expérience amusante tant j’avais l’impression d’avoir affaire à une véritable misanthrope, de celles qui finiraient par un jour aller vivre dans une grotte au fin fond du Périgord.

Ce que je pointe du doigt c’est simplement cette désinhibition qui frappe la grande majorité des gens dès lors que vous avez des enfants, les autorisant on ne sait par quel phénomène magique à vous exprimer l’intégralité ou presque de leurs pensées, chose qu’ils ne se seraient jamais permise en temps normal.

Personnellement je pense que ces gens se sentent en fait investis d’une mission d’intérêt public en exprimant leur vision des choses: grâce à leurs remarques, nous parents pourrons être meilleurs et ainsi promettre à tous un futur plus radieux. Peut-être également y a-t-il aussi un besoin pour certains de se déculpabiliser en s’assurant ne pas être les seuls à faire telle ou telle chose avec leurs bébés (qui n’a jamais entendu le fameux « laisse-le pleurer tu vas lui donner de mauvaises habitudes »?)… Et vous, quelle est votre impression sur le sujet?

En tout état de cause cette expérience aura eu le mérite de me faire un souvenir pour cette 2e grossesse, mais quand même… croisez les doigts pour que je ne tombe pas sur elle le jour J!!! 😀

A très vite pour l’update de ma 15e semaine.

Sandy

Journal de grossesse – Ma 13e semaine (15 SA)

Grossesse - Bébé 2

Et voilà, je suis officiellement entrée dans mon second trimestre de grossesse et les symptômes continuent à évoluer et se diversifier. C’est fou comme le temps passe, notamment pour cette 2e grossesse, j’ai comme l’impression qu’elle m’échappe tant cela va vite… C’est pourquoi je suis si contente d’avoir opté pour un journal de grossesse vidéo: un jour viendra où je suis certaine que je les regarderai avec la plus grande des nostalgies (image mentale de mes enfants prêts à partir du foyer familial pour voler de leurs propres ailes #larmeàloeil #mercileshormonesdegrossesse)! Cette semaine, et contre toute attente, j’ai également reçu les résultats de la recherche des marqueurs sériques… Plus d’informations ici:

Et vous, vous aviez reçu les résultats de votre prise de sang à domicile AVANT votre consultation chez le médecin ou est-ce une procédure normale? Aviez-vous les mêmes symptômes que moi? N’hésitez pas à partager avec moi vos expériences, j’ai hâte de lire vos commentaires!

A très bientôt pour un nouvel article!

Sandy

Journal de grossesse – Ma 12e semaine (14 SA)

Grossesse - Bébé 2
Peau sèche, cauchemars… Et un bébé actif!!!

Cette semaine, quelques nouveaux symptômes liés à la grossesse à signaler, plus ou moins incommodants selon leur récurrence, mais dont les effets négatifs sont immédiatement annulés lorsque bébé se manifeste!

Plus de détails en vidéo!

Et vous, quels étaient vos symptômes à ce stade de la grossesse?

Sandy