Ma morning routine

Vie de maman
Enceinte et avec un bébé de 2 ans

S’organiser avec un enfant en bas age n’est pas toujours simple surtout au début, c’est le moins que l’on puisse dire. Cependant, au fil des mois et des années, on finit par trouver la routine qui nous convient et nous permet de gagner du temps, ensemble de petits rituels que l’on applique plus ou moins répétitivement chaque matin pour le bon équilibre de toute la cellule familiale.

Toutefois, force est de constater que cette dernière n’est pas immuable, loin de là: bébé grandit, chacun a d’autres envies d’autres contraintes, et, alors que bébé 2 grandit bien au chaud dans le ventre de maman, c’est une nouvelle organisation, sans doute encore plus efficace et plus axée sur le bien être de chacun qu’il faut trouver.

Après 6 mois de grossesse, je pense pouvoir affirmer que nous avons trouvé la notre. Et comme toute YouTubeuse qui se respecte (haha!), j’ai souhaité partager avec vous ce à quoi elle ressemble. J’espère que vous y trouverez quelques petites idées pour votre propre organisation avec vos tout petits.

Et vous, quels sont vos rituels du matin? Y a-t-il UNE chose dont vous ne savez pas vous passer au réveil? En ce qui me concerne, je pense que c’est vraiment mon thé: en toutes circonstances c’est LA chose qui me permet de me réveiller en douceur… 😉

Sandy

Publicités

JOYEUX ANNIVERSAIRE ☁ Les 2 ANS de BÉBÉ

Vie de maman

Deux ans déjà… Ce jour là, il pleuvait. J’ignore pourquoi, c’est un détail qui m’a marquée. Cela faisait presque un an que son papa et moi nous étions mariés entourés de nos proches en France, avant d’emménager aux Pays-Bas pour raisons professionnelles. Une nouvelle vie après 10 ans de relation s’ouvrait à nous et, tout naturellement, elle avait décidé d’y prendre part…

enceinte-feature

Comblée de joie au départ, j’avais ensuite cédé, comme beaucoup de nouveaux parents j’imagine, à une certaine angoisse. Serais-je une bonne mère? Saurais-je lui apporter ce dont elle aurait besoin? Serait-elle en bonne santé? Saurions-nous faire son bonheur? Moi qui ne m’étais jamais réellement intéressée à la maternité ou à ce dont avait besoin un jeune enfant, j’avoue m’être alors sentie perdue, loin des miens, dans un pays où je ne parlais pas la langue, mais surtout dans lequel les pratiques liées à la grossesse étaient si différentes des nôtres…

Entre suivi beaucoup moins médicalisé et accouchement souvent bien plus naturel à tous points de vue, ce que je prenais à l’époque pour une certaine désinvolture vis-à-vis de cet état m’avait inquiété. La peur de la douleur, la peur de contracter la toxoplasmose alors qu’il n’y avait pas de suivi sur ce point, la peur de devoir faire face à d’éventuelles incompréhensions culturelles le jour J me paralysaient, à tel point que j’ai même sérieusement envisagé de rentrer en France pour accoucher.

Toutefois, plus j’avançais dans ma grossesse, plus j’en apprenais sur le sujet de la maternité (c’est d’ailleurs à ce moment-ci que j’ai découvert les blogs et autres chaînes YouTube dédiées à cette thématique, lesquelles ont été pour moi une mine d’informations et de soulagement), mais aussi et surtout plus j’apprenais à faire connaissance avec elle, plus je lâchais prise et commençais à me sentir capable de mener à terme cette grossesse en Hollande. C’est donc ce que je fis, aujourd’hui avec du recul, pour le meilleur!

Le jour de mon accouchement, j’avais donc accepté le fait que je ne pourrais sans doute pas tout contrôler de cet événement, imprévisible tant dans sa date que dans ses modalités. Et lorsque j’ai finalement perdu les eaux, l’excitation d’enfin rencontrer cet enfant tant désiré se mêla à la résolution de faire tout mon possible pour l’accompagner au mieux dans l’épreuve que serait pour elle sa venue au monde. C’est donc sereine que je pris le chemin de l’hôpital, sous la pluie hollandaise…

Trente-quatre heures plus tard (le récit de mon accouchement ici), nos regards se croisèrent pour la première fois et, si j’étais plus impressionnée par elle et sa réalité (oui, étrangement mais surtout très pragmatiquement, mes premières pensées en la voyant furent « cet immense bébé est-il vraiment celui qui était dans mon ventre il y a encore quelques heures?! » puis « Oh mon Dieu mais c’est un vrai bébé… et c’est le mien! » :-)) que submergée par la légendaire vague d’amour qui était supposée m’envahir instantanément. Toutefois, il ne me fallut pas plus de quelques minutes pour ne plus parvenir à détacher mon regard du sien et réaliser qu’enfin, cette nouvelle aventure qui m’avait tant interrogée se tenait là, dans mes bras…

Photos de grossesse & naissance - featured

Depuis lors mon amour pour elle n’a cessé de croître. Chaque rire qu’elle a émis, chaque étape qu’elle a franchie, chaque regard que nous avons échangé ont été pour moi comme une nouvelle couche de ciment apportée à un amour déjà inébranlable et infini… Aujourd’hui, je comprends enfin ce que l’on entend par « l’amour d’une mère ».

Aujourd’hui je profite aussi pleinement de la phase dans laquelle elle se trouve: 2 ans… The terrible two? Peut-être, oui, dans une certaine mesure… Mais aussi the wonderful two, en ce que les échanges avec elle n’ont jamais été aussi riches, son langage jamais aussi fourni et son caractère jamais aussi affirmé. Ma Poupette qui hier encore n’arrivait pas à trouver son pouce me fait aujourd’hui des blagues, aime rire, danser, faire du toboggan toute seule, créer des papillons et des étoiles en « pamalé » (= pâte à modeler)… Elle nous montre chaque jour un peu plus de sa personnalité et, objective ou pas, j’avoue que j’en suis fan.

Aujourd’hui, je savoure également chaque moment passé seule avec elle. Car je sais que bientôt, celle qui a eu tout mon amour, toute mon exclusivité, tous mes regards, devra apprendre à partager avec un petit frère dont elle ignore tout et qu’elle n’a pas demandé. Bien sur, je sais qu’avoir des frères et sœurs est on ne peut plus naturel. J’ai moi même une sœur aînée et je connais bien cette position de cadette qui, somme toute, a également ses avantages et inconvénients. Cependant, je ne peux m’empêcher d’éprouver une certaines nostalgie mêlée de culpabilité à l’idée de tourner une page à trois pour écrire le reste de nos histoire à quatre…

Quoiqu’il en soit, j’espère (et suis tout de même plus que confiante, entendons-nous bien) que l’an prochain, lorsque j’écrirai sur son 3e anniversaire, je pourrai vous raconter à quel point cette petite demoiselle nous a encore épatés par ses progrès et combien elle est heureuse d’avoir un petit frère pour partager ses jeux et ses découvertes. Je ferai en tous cas tout ce qui est en mon pouvoir pour que cette transition se passe au mieux pour chacun, et bien sur, je vous dirai au fur et à mesure ce qu’il en est…

Pour conclure, si cela peut vous intéresser, je vous laisse avec cette petite vidéo consacrée à sa déco d’anniversaire et à ses cadeaux, histoire de vous donner quelques idées le cas échéant.

Je vous dis bien sur à très bientôt pour un prochain article, en attendant, prenez bien soin de vous.

Sandy