Choc culturel le retour

Choc culturel

Si vous me suivez sur YouTube, vous avez sans doute vu ma vidéo concernant les choses absolument géniales qui se font aux Pays-Bas, et que l’on devrait selon moi absolument dupliquer en France (et ailleurs)!

Mais comme vous le savez vivre à l’étranger ne se résume pas à s’émerveiller sur certains concepts. Cela provoque aussi bien souvent des surprises, des chocs culturels, qui nous laissent ma foi… pantois! L’une d’elle a été parfaitement illustrée par Clémentine sur le blog du Courrier international (cliquez sur l’image si vous souhaitez en voir plus), il s’agit de la santé du point de vue des néerlandais!

néerlandais 2

Cette illustration est tellement vraie! Hé oui, et comme je l’avais évoqué pour nos tout petits ainsi que pour la grossesse, l’approche de la santé est assez (voire très) naturelle. Par conséquent, si il s’agit d’un rhume ou de ce qui pour eux relève du petit bobo anodin, même si en réalité vous – ou pire votre petit trésor d’amour – avez 39° de fièvre depuis 4 jours votre médecin dira quasiment systématiquement « reposez-vous, prenez du paracétamol et revenez me voir dans 3 jours si ça ne va pas mieux »… Une approche quelque peu déstabilisante pour nous français qui avons un système de santé bien plus médicalisé.

Alors qu’en pensez-vous? Seriez-vous plutôt « à la française » ou « à la hollandaise »?

Publicités

[Choc culturel] Du pain et du beurre

Choc culturel, Let's talk about Dutch baby

Vous savez peut-être qu’ici aux Pays-Bas, le déjeuner est relativement différent de celui que l’on peut prendre en France. En effet, la coutume est de manger très rapidement le midi, et le plus souvent, ce repas se compose alors d’une ou deux tranches de pain de mie avec pour garniture de la charcuterie et du fromage, le tout accompagné d’un bon verre de lait… Quoiqu’il en soit, le pain est sans doute autant voire plus que chez moi une composante essentielle de l’alimentation néerlandaise.

Alors, lorsque nous avons abordé la question de la diversification alimentaire avec les spécialistes de notre consultatie bureau, c’est tout natuellement que ces derniers nous ont conseillé dès les tout débuts d’introduire des légumes, puis des fruits et… du pain beurré!!!

Hé oui, ici, les bébés peuvent manger des petits bouts de pain entier (de la taille d’un petit pois environ), la technique consistant à le leur introduire dans la joue et à tout simplement les laisser faire. Pour être tout à fait honnête, le pain étant un aliment salé, je n’ai pas souhaité tenter l’expérience, mais je reconnais que les petits néerlandais ont l’air très en forme… 😉

Et vous, qu’auriez-vous fait à ma place? Y a-t-il d’autres pratiques surprenantes dans le pays où vous vous trouvez?

[Choc culturel] Mon plancher s’effondre!

Choc culturel

Une autre chose qui m’a frappée après mon accouchement, c’est qu’ici, aux Pays-Bas, il n’y a pas de rééducation du périnée. Ou du moins qu’elle n’est pas systématique, loin de là.

En effet, comme toute jeune maman, après la naissance de votre bébé, vous pouvez être sujette à une certaine faiblesse du périnée. Et s’il est vrai qu’en France le corps médical est très enclin à prescrire des séances de rééducation d’une part pour votre confort immédiat mais aussi pour éviter d’éventuels désordres futurs, en Hollande, les sages-femmes furent surprises que je leur pose la question seulement six semaines après mon accouchement.

Ici, on estime que c’est à chacune d’évaluer son besoin. Si au bout de trois mois le fait de ne pas avoir totalement récupéré vous gêne, vous pouvez éventuellement consulter une kinésithérapeute spécialisée… Mais cela est laissé à votre entière appréciation personnelle et par conséquent à votre degré d’acceptation de la gêne occasionnée. Quant au sport, hé bien, il est libre dès les premières semaines: c’est à vous de sentir si cela vous fait mal ou vous gêne et d’adapter en conséquence…

Mais bien sur, on peut toujours si on le souhaite prendre rendez-vous par soi-même une fois le 3e mois post-partum atteint et se faire prescrire des exercices à effectuer à la maison.

Alors, vous, qu’en pensez-vous? Auriez-vous préféré évaluer vous-même votre besoin? Comment cela se passe-t-il vraiment chez vous?

 

[Choc culturel] Anti-D ou pro-D?

Choc culturel

Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler (en tous cas c’était mon cas), mais les femme enceinte dont le rhésus sanguin est négatif peuvent, si elles portent un bébé au rhésus positif, former des anticorps contre lui car son métabolisme le considère alors comme un intrus. Le risque est a priori plus fort en fin de grossesse et surtout lors de l’accouchement.

C’est pourquoi en France, on vous prescrira automatiquement (hormis des prises de sang régulières dès le début de la grossesse pour s’assurer que tout va bien) un vaccin d’anti-D administré entre les 28e et 34e semaines de grossesse. Son but est principalement de réduire l’incidence de cette formation d’anticorps pour le bébé.

dsc_0134

Mais ici aux Pays-Bas, ce vaccin n’est pas du tout automatique! En effet, avant de procéder à ce dernier, la sage-femme en charge de votre suivi de grossesse vous prescrira une prise de sang afin de rechercher directement dans votre sang les cellules du bébé et ainsi déterminer avant même sa naissance son rhésus.

Ainsi, si bébé a lui aussi un rhésus sanguin négatif, plus besoin de vaccin car plus de risque!

Alors, que pensez-vous de ce système? Vous préférez la méthode hollandais ou la française?

A bientôt et portez-vous bien! 🙂

[Choc culturel] De bouillantes bouillottes

Choc culturel, Let's talk about Dutch baby

Une autre pratique surprenante ici aux Pays-Bas concerne les bouillottes! Un fait anecdotique me direz-vous? Pas tant que ça, car ignorer leur fonctionnement a bien failli me faire blesser mon bébé dès son premier jour de vie (la mère indiiiigne!!!).

En effet, contrairement à ce à quoi j’étais habituée (le modèle en caoutchouc souple et relativement plat), ici les bouillottes sont sous forme de bouteilles, cylindriques donc, en aluminium rigide.

Elles en différent donc par leur fonctionnement: il faut obtenir une étanchéité parfaite en y versant d’abord un peu d’eau froide puis en la remplissant à raz bord d’une eau bouillante sortant du feu, jusqu’à ce que toutes les bulles d’air remontent à la surface puis de refermer rapidement et fermement. De cette manière la bouteille devient totalement hermétique, condition sinae qua non à son utilisation.

Mais elles différent également de par leur risques: en effet, l’aluminium étant très conducteur, ces bouillottes ne sauraient se passer d’une housse en tissus épais.
Et quand bien même, même avec une housse, leur chaleur est telle qu’au contact de la peau de bébé elles peuvent lui causer de graves brûlures! Il faut donc impérativement prendre soin de respecter une bonne distance avec bébé.

Vous voilà donc avertis, pas question de vouloir la rapprocher de lui pour qu’il « ait bien chaud »… sous peine de quoi il risquerait d’avoir bien plus que trop chaud le pauvre!

Et vous, connaissiez-vous ce type de bouillotte?

Comme d’habitude prenez bien soin de vous et à très vite!

[Choc culturel] Une table à langer de travers

Choc culturel, Let's talk about Dutch baby

Pour ce second épisode de ma série « Choc culturel », je vais vous parler des tables à langer.

En effet, aux Pays-Bas la table à langer est positionnée de côté, là où celles de France ou encore d’Allemagne sont de face (bébé face à vous).

table-a-langer

Une petite originalité assez déstabilisante à vrai dire quand on a pris ses habitudes pour changer bébé « à la française »: autant dire que les premières fois on se sent assez empotée et surtout beaucoup plus lente (« attends, je le mets comment mon bras là?! », « mais arrête de bouger bébé », « oh mais la couche s’est pliée là, rhooo »).
Par contre il faut bien le reconnaître, ça prend du coup beaucoup moins de place dans une chambre ou une salle de bains… 🙂

Et vous, comment faites-vous?

[Choc culturel] La taille de bébé

Choc culturel, Let's talk about Dutch baby

metre

Voici une nouvelle rubrique sur mon blog. En effet, en côtoyant les infrastructures liées aux bébés, certaines pratiques néerlandaises m’ont frappée car très différentes de chez moi (en France).

Voici donc la 1ère chose que j’ai remarquée: les néerlandais ne mesurent pas leurs bébés à la naissance.

Si pour les français énoncer le poids ET LA TAILLE de leur précieux poupon est essentiel, les néerlandais ne mesurent que le poids. En effet, pour eux étendre les douces gambettes des tout petits peut leur faire mal aux hanches – ils évitent ainsi autant que possible de leur faire pratiquer ce genre de mouvement. Nous avons donc du faire la demande spécifiquement pour connaître la taille de notre princesse.

Et vous qu’en pensez-vous? Cela se passe-t-il différemment là où vous vous trouvez?