Journal de grossesse – Ma 14e semaine (16 SA)

Grossesse - Bébé 2

Déjà la 14e semaine de grossesse! Et cette semaine j’ai fait ma 2nde visite prénatale, avec une gynécologue ma foi assez… particulière! Pour en savoir plus c’est par ici:

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je suis toujours surprise de constater à quel point, dès lors que cela touche à la parentalité les gens tendent à vous faire culpabiliser. Outre le fait de se permettre plus d’intrusion, que cela soit verbalement ou même physiquement, c’est avec un certain aplomb que quelques uns n’hésiteront pas à pointer vos failles du doigt, prédisant par là même un futur des plus noirs pour votre progéniture si mal partie dans la vie.

Bon alors d’accord, la plupart du temps ce type de comportement part d’une bonne intention: vous aider dans votre futur rôle de parent, mais tout de même force est de constater que ce n’est qu’à partir de ma première grossesse que j’ai eu à faire face à ce type d’injonctions et de jugements aussi ouverts.

Je reconnais que cette gynécologue n’était pas tout à fait dans le faux, et que verbaliser la grossesse eut été bénéfique pour ma fille. J’avoue même avoir trouvé cette expérience amusante tant j’avais l’impression d’avoir affaire à une véritable misanthrope, de celles qui finiraient par un jour aller vivre dans une grotte au fin fond du Périgord.

Ce que je pointe du doigt c’est simplement cette désinhibition qui frappe la grande majorité des gens dès lors que vous avez des enfants, les autorisant on ne sait par quel phénomène magique à vous exprimer l’intégralité ou presque de leurs pensées, chose qu’ils ne se seraient jamais permise en temps normal.

Personnellement je pense que ces gens se sentent en fait investis d’une mission d’intérêt public en exprimant leur vision des choses: grâce à leurs remarques, nous parents pourrons être meilleurs et ainsi promettre à tous un futur plus radieux. Peut-être également y a-t-il aussi un besoin pour certains de se déculpabiliser en s’assurant ne pas être les seuls à faire telle ou telle chose avec leurs bébés (qui n’a jamais entendu le fameux « laisse-le pleurer tu vas lui donner de mauvaises habitudes »?)… Et vous, quelle est votre impression sur le sujet?

En tout état de cause cette expérience aura eu le mérite de me faire un souvenir pour cette 2e grossesse, mais quand même… croisez les doigts pour que je ne tombe pas sur elle le jour J!!! 😀

A très vite pour l’update de ma 15e semaine.

Sandy

Publicités

Geboorte! Accoucher aux Pays-Bas

Grossesse & naissance

dsc_0420

J’avais lu et entendu toutes sortes de témoignages d’expatriées ayant accouché aux Pays-Bas. Des histoires merveilleuses de mères de trois enfants qui avaient d’accoucher à domicile et avaient adoré. Et d’autres terrifiantes de femmes qui par exemple s’étaient vu refuser la péridurale dont elles avaient désespérément besoin juste parce qu’elles étaient « en dehors des heures de travail».

Enceinte de mon premier enfant, je ne parvenais pas à trouver le témoignage d’un accouchement « normal » qui aurait pu me rassurer. Comme pour beaucoup expatriés, l’approche naturelle de la grossesse aux Pays-Bas était vraiment différent de celle de mon pays d’origine. Ici, puisque votre corps est fait pour cela, en l’absence de complications, ce processus n’est pas sensé être médicalisé. Or je ne savais pas ce dont je pourrais être capable – et j’ai rapidement commencé à redouter un accouchement aux Pays-Bas

Ce que je savais

Plusieurs aspects différaient de ce que je savais de mon pays d’origine.

Tout d’abord, bien sûr, je savais que les Pays-Bas comptaient parmi les plus hauts pourcentages de naissances à domicile (≈30% [1]) et que l’assurance maladie ne couvrirait pas totalement le coût d’un accouchement à l’hôpital sans un impératif médical. De même pour les anti-douleurs, j’avais compris que ce n’était pas exactement la norme (c’est le moins qu’on puisse dire!) puisque seulement 15% des femmes reçoivent des médicaments contre la douleur pendant le travail[2]. En comparaison, ce taux est d’environ 80% en France! J’avais même lu que, dans la plupart des hôpitaux, il y avait pas d’anesthésiste dédié voire même que celui-ci pouvait n’être présent que pendant les «heures normales de travail», rendant ainsi votre anesthésie éventuelle très loin dans la liste des priorités vis-à-vis d’opérations en urgence ou autres besoins qui ne soient pas simplement « de confort ».

Ensuite, je savais que la sage-femme ayant fait le suivi votre grossesse serait très probablement celle qui ferait l’accouchement. Ici aux Pays-Bas, la grossesse n’étant pas une maladie, le gynécologue / obstétricien n’a pas à intervenir en l’absence de complication. D’ailleurs, petite précision: si vous prévoyez d’opter pour une péridurale, ce sont alors les sages-femmes de l’hôpital qui reprendront votre dossier.

Enfin j’ai vite découvert que lorsque les accouchements à l’hôpital sont normalement en ambulatoire. Cela signifie que, sauf complications et si vous vous sentez bien, vous pouvez sortir de l’hôpital quelques d’heures seulement après l’accouchement, même en soirée.

Chère peur de l’inconnu – toutes ces différences combinées au fait que c’était ma première grossesse ont suffit à m’inquiéter quant à ma propre expérience et à la façon dont mes souhaits seraient pris en considération.

Ce qui m’a décidée 

Oui, car il y avait bien une décision à prendre vu que je pouvais être de retour en France en seulement 3 heures de train!

Personnellement, je ne souhaitais pas accoucher à la maison. Et en ce qui concerne la douleur, je n’avais aucune idée de ce que je pourrais ou non supporter (à par « l’intense douleur » mentionnée par toutes les femmes, tant qu’on ne l’a pas expérimentée soi-même et sachant que la tolérance à la douleur de chacune est différente, franchement, comment savoir ce que ça veut dire?!?). Je souhaitais donc m’assurer que j’aurais au moins la possibilité d’opter pour la péridurale si j’en avais besoin. Idem pour la durée du séjour à l’hôpital, je n’étais pas très rassurée à l’idée de rentrer chez moi avec mon bébé le jour même de mon accouchement (sans compter que mon gynécologue était radicalement contre!).

Mon premier réflexe fût donc de chercher un hôpital adapté aux expatriées, où je pourrais recevoir des soins disons… plus conformes aux standards européens. Je fus ravie de trouver un établissement, apparemment privé, à La Haye qui semblait correspondre à cela (pour celles que ça intéresse, l’hôpital Bronovo). Quel soulagement!
Malheureusement, je n’avais pas pensé au fait que je n’habitais pas dans une de ces grandes villes d’expatriées mais à 40 minutes de là. Vous aurez compris, j’étais en dehors de la zone couverte par cet hôpital et, privé ou pas, il ne feraient pas d’exception!

J’ai fini par rencontrer ma sage-femme (“verloskundige”) [voir mon article sur la grossesse ici], qui m’a demandé quels étaient mes souhaits pour la naissance et à qui j’ai fait part de mes craintes. Elle se montra très compréhensive et me rassura beaucoup. Si je souhaitais accoucher à l’hôpital, c’était bien sur possible, mais surtout, si je souhaitais opter pour la péridurale, je pourrais le faire et cela de jour 24/24h et 7/7j – tout du moins dans l’hôpital dont je dépendais. L’essentiel était de l’en avertir en avance de sorte qu’elle puisse faire le nécessaire pour que mes souhaits soient respecté. Quant à la durée du séjour, je dois insister sur le fait qu’on ne rentre chez soi sous quelques heures que s’il n’y a pas de complication. Or cette notion est assez large comme vous le verrez plus loin.

Tout cela me fût par la suite confirmé par les sages-femmes et la gynécologue de l’hôpital en question. Pour information d’ailleurs, vous aurez un rendez-vous à l’hôpital avant la naissance si vous prévoyez d’y accoucher – généralement ce dernier se fait par téléphone mais on peut tout de même le conduire en personne. C’est ce que j’ai fait.

Après avoir bien pesé le pour et le contre d’un retour dans mon pays et ayant été rassurée quant au respect de mes souhaits, je me suis décidée à sauter le pas.

Mon bel accouchement

coffee

Un beau matin, je me réveillais avec une sensation inhabituelle. Je compris rapidement que j’avais en fait perdu les eaux! Pour autant je n’avais pas encore de contraction. J’appelai immédiatement mon mari qui venait de partir travailler – nous étions tous deux excités et épatés que cet événement que nous avions attendu 9 mois allait finalement se produire!

Une fois ma respiration retrouvée, j’appelai ma sage-femme, qui m’avait alerté quelques semaines auparavant du fait que selon elle ma fille n’était pas bien positionnée (seulement en touchant mon ventre, il n’y avait eu aucune échographie). Sa tête était certes en bas, mais légèrement sur la droite, causant, si ma poche des eaux se rompait un risque d’enroulement du cordon ombilical ainsi que d’un écoulement trop rapide du liquide amniotique. La consigne était donc dans ce cas d’appeler la sage-femme et de m’allonger immédiatement. Elle arriva chez moi environ 45 minutes plus tard et confirma son diagnostic: mon bébé était toujours mal positionné.

Il s’agissait donc là d’une « complication » au sens néerlandais qui, si j’avais jamais prévu d’accoucher à domicile, aurait de la même manière causé mon transfert à l’hôpital. La sage-femme appela une ambulance afin que je puisse rester allongé pendant toute la durée du trajet, pendant que Papa nous suivrait en voiture.

Tout le monde dit qu’un accouchement ne se déroule jamais comme on l’avait planifié… Je ne peux que confirmer l’adage puisque la maternité dans laquelle il était prévu que j’accouche était justement ce jour-là en plein déménagement vers de nouveaux locaux. On m’a donc transféré vers un autre hôpital dont je ne savais quasiment rien. Étonnamment, je n’étais pas pour autant stressée. Mon bébé était en chemin et il me fallait lâcher prise et faire confiance aux décisions que j’avais prises quelques mois plus tôt. Et cet hôpital s’avéra être génial!

Une fois arrivée, ils m’installèrent directement dans une chambre privée. Ils installèrent le monitor et la gynécologue arriva pour une échographie afin de vérifier la position de ma fille. Elle confirma à son tour le diagnostic et m’informa de deux possibilités. Elle essaierait de bouger le bébé manuellement, et en cas de succès ils devraient provoquer les contractions à l’aide d’ocytocine. Si cela ne fonctionnait pas, ils devraient pratiquer une césarienne… Heureusement la manipulation fonctionna et je pus continuer mon accouchement par voie basse.

Comme prévu ils me donnèrent l’ocytocine et les contractions débutèrent. J’avais entendu que lorsqu’on reçoit cette substance, les contractions sont plus fortes que la moyenne… Je dois dire que pour moi ça ne fut pas du tout le cas – j’avais des contractions toutes les 2 ½ minutes mais elles restèrent très longtemps vraiment supportable. Malheureusement, ceci expliquant peut-être cela, mes contractions n’étaient pas très efficaces et mon col ne se dilatait pas. Les sages-femmes me donnèrent par la suite deux autres doses et à 23h30 mon col était toujours dilaté à moins de 1 cm (cela faisait déjà 14 heures que j’avais des contractions!).
Ils me donnèrent alors le choix entre attendre encore, et espérer que les choses s’accéléreraient durant la nuit, ou alors prendre de quoi dormir et voir le lendemain matin comment les choses auraient évoluées. Venant d’une sage-femme néerlandaise (et donc a priori anti-médicalisation) je me dis que si elle me donnait ce choix c’est qu’elle sûrement avait une raison. J’optais alors pour la solution #2.

Une chose géniale à propos de notre séjour à l’hôpital – oui, NOTRE séjour – c’est qu’ils nous donnèrent directement une suite familiale pour la nuit. Mon mari put donc rester auprès de moi sans coût supplémentaire. Nous étions vraiment bien installés – contractions mises à part!

Je passai une courte nuit, me réveillant de temps à autres, mais je parvins globalement à dormir jusqu’à 4 heures du matin. La douleur avait alors bien augmenté et les contractions s’étaient encore rapprochées. Aux environs de 6h30, après 22 heures de travail, j’appelai finalement la sage-femme pour un check-up et, si possible, pour la pose de la péridurale. A 7h30 j’étais (seulement) à 3 cm de dilatation! Mais heureusement cela suffisait pour pouvoir poser la péridurale. Je vous confirme donc que, lorsque vous en avez besoin, oui, l’anesthésie est possible.

J’allai donc voir l’anesthésiste qui posa la péridurale… après 5 tentatives infructueuses! La cause se trouvait-elle dans mon dos ou dans la dextérité du médecin, je ne le saurai jamais. Mais le soulagement était tel que je ne m’en sentis pas du tout traumatisée pour autant! Globalement, la partie la plus difficile à mon sens était de rester immobile pendant l’injection, mais la douleur en elle-même n’était pas si terrible.

Après cela je ne me rappelle de rien, et pour cause: je n’ai fait que dormir!!! Je me réveillai vers midi, pris mon déjeuner, sans aucune douleur. Les sages-femmes venaient m’ausculter toutes les heures et me dirent rapidement:“OK let’s go!”. Je ne compris pas tout de suite mais, si, il était temps de pousser.

Une bizarrerie ici: elles voulaient arrêter la péridurale. Je négociai pour qu’elles la laisse, sachant que dans de nombreux autres pays elle était maintenu pendant la poussée. Mais elles ne surent alors plus comment me guider: elle s’attendaient à ce que je sache quand pousser et quand arrêter (mais je ne sentais pas les contractions), alors, finalement, je leur demandai d’arrêter la péridurale. Ainsi je serais plus en contrôle de ce que je faisais. Cet aspect est probablement le plus dérangeant dans mon expérience mais ce fut malgré tout loin d’être traumatisant. Au total, la poussé n’aura duré que 15 minutes et se sera très bien passée…

J’avais désormais ma douce princesse dans mes bras! Je n’oublierai jamais ce sentiment et je chéris chaque minute passée avec elle depuis cet instant.

Nous sommes restés 24 heures de plus à l’hôpital. A nouveau deux complications au sens néerlandais avaient émergé: pour moi, la péridurale, et pour mon bébé la durée écoulée entre le moment de la rupture des eaux et l’accouchement véritable (31 heures!). Le lendemain à 15h nous étions sortis, notre fille dans les bras. Cela peut sembler rapide mais aux Pays-Bas une aide-soignante (la « kraamzorg ») vient pour une semaine à votre domicile pour s’occuper de vous et de votre bébé et selon moi c’est encore mieux que passer 3 jours à l’hôpital avec 20 autres patients qui requièrent l’attention du personnel médical. Mais je développerai cela dans un autre post.

J

‘espère que cet article aidera au moins quelques unes d’entre vous. N’hésitez pas à commenter si vous avez plus d’infos ou si vous voyez une erreur. Merci de m’avoir lue et prenez soin de vous! ❤

[1] National Institute for Public Health and the Environment
[2] en 2013, selon BMC Pregnancy and Childbirth