Le casse-tête du mode de garde – Comment y voir plus clair

Vie de maman

Comme si la reprise du travail avec ce qu’elle engendre comme stress lié à la séparation mais aussi comme questionnement sur notre nouvelle vie de working mom ne suffisait pas à nous mettre dans tous nos états, il est une question épineuse dont il faudra pourtant se préoccuper le plus tôt possible, à savoir celle du choix du mode de garde. Alors voici quelques petits conseils pour y voir plus clair:

Définissez un budget

En ce qui concerne la garde de nos enfants, il y a l’idéal, la nounou rêvée, la Mary Poppins qui saura nous rassurer pour que notre retour au travail se fasse le plus facilement possible, pour nous comme pour bébé. Et puis il y a la réalité, celle des « gages » qui, même pour Mary, est le nerf de la guerre. Car oui, confier son enfant à un tiers représente un coût. Or du budget que vous pourrez allouer à cette question dépendra votre capacité à avoir recours à une crèche collective ou privée, une nourrice à domicile ou en maison d’assistantes maternelles, une reprise à temps plein, partiel ou un congé parental parfois plus rentable. Alors avant toute chose, à vos calculettes!

Établissez vos besoins

Avez-vous pour ambition de rependre à temps plein? Où sont vos lieux de travail? Aurez-vous besoin de garde en péri-scolaire? En fonction de votre amplitude horaire, des temps de trajets ou encore des besoins d’une possible fratrie, certains modes de garde s’élimineront d’eux même comme par exemple des crèches fermant à 18h là où ou aurez nécessairement besoin de laisser votre enfant jusqu’à 19h, des nounous n’assurant pas la garde des plus grands le soir etc. Ces questions fondamentales vous permettront de réduire assez largement le choix des possibles afin de vous aider à y voir plus clair.

Éclaircissez vos préférences

Ce n’est pas toujours un exercice facile mais en vous posant les bonnes questions, il vous sera possible d’affiner encore votre choix. Car oui, même si vous débutez en la matière, en votre fort intérieur, certains points trouveront sans le moindre doute une place plus ou moins prioritaire dans la liste de vos désirs. Ainsi je vous suggère de vous demander si vous souhaitez pour votre enfant plutôt recréer un cocon familial ou l’ouvrir sur l’extérieur, le laisser dans son environnement ou lui faire découvrir d’autres modes de vie, le protéger des microbes ou le confronter au plus tôt à la collectivité, avoir une seule référente ou compter sur un entourage plus large etc… Faites une liste des avantages et inconvénients de chaque mode de garde et cochez ceux qui priment pour vous, vous verrez le choix s’imposera rapidement à vous.

Sachez écouter votre voix intérieure

Bien sur, j’enfonce des porte ouvertes mais comme vous le savez on parle ici de laisser son enfant, la prunelle de ses yeux, à un ou plusieurs inconnus. Il est donc essentiel qu’avant d’interviewer de portentiel(le)s candidat(e)s vous ayez en tête ce que vous attendez d’elle ou de lui. Et si vous avez le moindre doute, la moindre « mauvais feeling », surtout écoutez-vous, quitte à rencontrer 30 personnes jusqu’à ce que vous trouviez la bonne. Car pour une bonne reprise comme pour une bonne entente avec votre futur(e) employé(e) il est essentiel selon moi de partir sur une base de confiance.

Sautez le pas

Pour conclure et sans être contradictoire avec le point précédent, un dernier conseil sera de vous jeter à l’eau et veiller à ne pas vous trouver d’excuses pour reculer l’échéance. Comme dit et répété, laisser son enfant à un tiers n’est pas une chose facile et quoiqu’il arrive vous ne serez jamais à 100% prête. L’important est donc que vous ayez confiance en votre choix, et que vous éliminiez les grosses sources d’inquiétudes qui pourraient encore vous freiner, mais une fois fait, arrêtez de vous questionner et dites vous que vous avez mis toutes les chances de votre côté pour que ça se passe bien. Car n’oubliez pas que vous avez encore quelques semaines seule avec votre bébé, des semaines précieuses à savourer , alors savourez les, il sera bien temps de se poser de nouvelles questions une fois la reprise effectuée! 😉

A très vite les amis!

Sandy

Publicités

Être mère, se révéler au monde

Vie de maman

Happy Mother’s day!

Ici, aujourd’hui, c’est la fête des mères ! Je n’ai jamais trop bien compris pourquoi en France on avait décidé de fixer la fête des mères en décalé mais quoiqu’il en soit, grâce à ce subtil mécanisme j’aurais droit à deux journées cette année! 😁
.
Oh pas encore de collier de macaronis ni de fleur en papier (quoique… si Poupette retourne à la crèche avant la date française je ne suis pas à l’abri), pas de cadeau ultra sophistiqué non plus, ce n’est pas vraiment le genre de la maison vous le savez, mais l’occasion de me pencher à deux reprises sur cette chance d’être devenue leur maman.

Certaines de mes amies me disent que j’ai changé depuis que je suis mère. Que mes priorités ne sont plus les mêmes, ni mes désirs. C’est vrai et faux a la fois, évident et pas tant que ça finalement. A chaque rencontre, chaque discussion avec d’autres mamans je réalise à quel point la maternité est toute personnelle, et qu’il y a autant de manières d’être mère que de femmes sur terre.

Maternante, indépendante, patiente, joueuse, travailleuse, au foyer, louve, lionne, poule, belette, perdrix ou dinde… A chacune sa manière d’appréhender ce statut. Changer, je pense qu’on le fait toutes, revoir ses priorités aussi d’ailleurs, mais assez joliment, je trouve que devenir mère nous révèle au monde.

Comme si avoir ces petits êtres, dépendants et aimants à notre charge, faisait tomber nos masques, nous obligeait à sortir de la convention pour entrer dans ce qui nous semble juste, nécessaire ou bénéfique.

Pour certaines ce sera le tout bio, pour d’autres le confort matériel, d’autres encore l’éducation et la culture. Bien sûr nous voulons toutes « tout ça » mais a mon sens l’ordre de priorité donné à chacune de ces préoccupations en dit long sur la personne que l’on est profondément.

Alors changer oui, en ce que devenir maman nous force à affirmer nos choix, mais être soi-même surtout puisque ce que nous choisissons aujourd’hui nous correspond sans doute plus que ce que nous n’avons jamais osé montrer aux autres.

Alors voilà, grâce à toi je suis moi, c’est exactement ça. Vous m’avez faite mère, et vous m’avez révélée à moi même aussi. Grâce à vous je réalise que ce que je vis aujourd’hui n’est pas le fruit du hasard mais correspond à des valeurs profondes qui m’animent depuis toujours.

Donc aujourd’hui je vous dis merci mes amours, merci pour ça, et merci d’être vous. Love you two. 💕

Bon… Sur ce maintenant il va falloir trouver quelque chose d’aussi profond à dire d’ici deux semaines alors je m’en vais d’ores et déjà réfléchir à tout ça. En attendant, happy mother’s day les amies 🙄

Sandy

1 mois avec bébé

Grossesse - Bébé 2
Notre expérience et bilan

C’est avec un peu de retard que je vous livre mon bilan de ce tout premier mois passé à quatre.

Si vous me suivez sur Instagram vous le savez déjà, mais le 2e mois avec bébé 2 a été quelque peu mouvementé. Toutefois, que ce soit en décalé ou non, j’avais sincèrement envie de partager avec vous mes impressions quant à nos tout premiers instants ensemble. Car outre le fait de vous faire part de mon expérience dans l’espoir que cela puisse éventuellement être utile à certaines d’entre vous, cela constitue également pour moi de précieux souvenirs de toutes ces petites choses qui un jour deviendront immanquablement floues dans ma mémoire.

https://youtu.be/GryiGdHg__IEt vous, comment avez vous vécu l’arrivée de bébé le premier mois ? Étiez vous complètement sous l’eau ou cela était-il plutôt fluide ? Avez-vous récupéré rapidement ? Dites-moi tout : perso j’adore les histoires de bébés 😉

A bientôt et surtout prenez bien soin de vous

Sandy

Accouchement – Ma to do list pour le jour J

Grossesse - Bébé 2, Vie de maman

L’organisation… Un mot capital quand on est sur le point d’accoucher. En effet, entre fatigue des derniers mois, stress du grand jour, excitation de bientôt rencontrer bébé et surtout neurone unique, on a vite fait d’oublier la moitié des choses utiles avant de partir à l’hôpital et une fois sur place, il est rapidement trop tard.

Après avoir partagé avec vous ce que j’emmènerai dans ma valise pour la maternité, j’ai pensé utile de vous communiquer ma to do list pour le jour J. Voici donc toutes les choses que je compte faire une fois que le travail aura débuté:

  1. Mesurer les contractions: cela semble évident mais, dans le cas où je ne perdrais pas les eaux dès le début, il est essentiel d’avoir une notion de fréquence et de durée pour savoir quand partir à la maternité
  2. Appeler le Papa: bon je crois que ça se passe de commentaires 😉
  3. Appeler nos amis en charge de la garde de Poupette: n’ayant pas de famille proche en région parisienne, nous avons mobilisé plusieurs couples d’amis afin qu’ils gardent Grande soeur en attendant l’arrivée de ses grands-parents
  4. Appeler les grands-parents afin qu’ils prennent le premier train disponible pour Paris
  5. Mettre les téléphones et tablette à charger: de préférence les laisser dans un lieu visible, un oubli de dernière minute étant vite arrivé
  6. Prendre une douche: l’objectif principal, mis à part de soulager d’éventuelles contractions, étant de se laver les cheveux – la prochaine occasion n’étant pas pour tout de suite 🙂
  7. Ajouter les dernières affaires dans le sac de maternité: carte vitale, de mutuelle, pièce d’identité, dossier médical complet, mais aussi coussin d’allaitement et éventuellement de quoi aider le travail (ballon de gym, etc)
  8. Emmener le kit de survie du Papa (s’il daigne le préparer, haha): sous-vêtements, lunettes, livre, nourriture mais aussi coussin gonflable (utile en cas de nuit sur place)
  9. Manger: le dernier repas du condamné ou presque – l’idée étant de se donner des forces mais de ne pas exagérer en ce qui concerne les quantités. Le travail peut en effet parfois durer de longues heures, et en France il n’est a priori pas autorisé de manger donc, à bon entendeur… 😉
  10. Sortir le nécessaire pour Poupette: nous comptons faire un petit message et quelques cadeaux à notre aînée lorsque nous serons partis (le message étant particulièrement nécessaire en cas de départ nocturne)
  11. Sortir les kits invités: tant pour nos amis que pour les grands-parents, j’ai préparé tout le nécessaire de toilette, draps et instructions concernant les repas et l’organisation avec Poupette à laisser bien en évidence pour leur faciliter la tâche le jour venu
  12. Faire un peu de ménage si possible: changer les draps, nettoyer les WC est la salle de bains, …
  13. Appeler l’ambulance: puisqu’il s’agit a priori du meilleur moyen de transport pour ce cas de figure lorsque l’on ne possède pas de voiture en région parisienne
  14. Emmener des protections pour le siège de la voiture en cas de nécessité d’appeler un taxi malgré tout
  15. Emmener téléphones, tablette, chargeurs et écouteurs: je crois qu’il est clair qu’on ne peut pas vivre sans cela! haha
  16. Vérifier que tout est éteint et sécurisé: en particulier pour un départ nocturne
  17. Laisser les clés à nos amis: il serait tout de même dommage de les enfermer à l’intérieur! 😀
  18. Avertir le reste de la famille que le travail a commencé…

Pour plus de détails, n’hésitez pas à visionner la vidéo:

 

Une fois le gros de cette liste traité, il n’y aura plus qu’à patienter et tenter de maîtriser au mieux la douleur! Ce qui entre nous est la partie la plus compliquée, mais ça, c’est une autre histoire… Que je vous raconterai plus tard du coup!

Et vous, quelle est votre organisation pour le jour J?

 

Sandy