La vérité sur… le post partum!

Grossesse & naissance, Vie de maman

Fidèle à ma précédente résolution, voici un nouvel article sur la maternité que j’ai longtemps eu envie de faire pour n’avoir trouvé que très peu d’informations à ce sujet avant mon propre accouchement.

Car oui, être enceinte constitue un extraordinaire chambardement pour nos corps, oui, accoucher est une expérience hors du commun, et bien évidemment non, on ne s’en remet pas du jour au lendemain.

Avant toute chose cependant, je tiens à préciser que le but ici n’est absolument pas d’être alarmiste ou de vous faire croire que la période post-partum est synonyme d’enfer sur terre!
Je n’ai bien sur pas vécu tous les symptômes que l’on peut attendre après la venue de bébé, et surtout je n’ai trouvé rien de tout cela insurmontable! Après tout, vous avez donné la vie juste avant. Vous êtes donc tout à fait capable d’affronter quelques petits désagréments supplémentaires, j’en suis convaincue!
Toutefois, et comme je l’avais dit dans mon précédent article « la vérité sur… la grossesse », connaître les possibilités, savoir à quoi s’attendre, peut parfois avoir un important effet psychologique pour affronter cette période un peu délicate, physiquement mais surtout psychologiquement.

C’est pourquoi j’ai voulu lister de manière assez légère les quelques symptômes post-partum que j’ai pu identifier. Et les voici en images:

Alors qu’en pensez-vous, vous sentez-vous plus apte à affronter l’après-naissance? Et vous les mamans, vous êtes-vous reconnues dans ce petit listing?

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article, en attendant prenez bien soin de vous! 🙂

Publicités

Votre bonne fée la kraamzorg

Grossesse & naissance
Le post-partum aux Pays-Bas

C’est selon moi l’un des meilleurs aspects d’un accouchement aux Pays-Bas. Bébé né, vous remarquerez très vite que votre séjour à l’hôpital sera court, pour ne pas dire express (parfois seulement quelques heures après la naissance)! Mais vous rencontrerez bientôt la femme sur qui vous pourrez vous appuyer durant des 7 prochains jours : la kraamzorg.

Assez tôt dans votre grossesse, vous vous serez inscrite auprès d’un bureau de Kraamzorg, les aurez informés de votre date présumée d’accouchement et aurez reçu les instructions quant au matériel nécessaire pour votre prise en charge post-partum. Plus tard (environ à la 34e semaine de grossesse), une représentante sera venue à votre domicile pour finaliser votre admission, vous informer sur les soins fournis tout en s’assurant que tout soit bien en place chez vous.

Avant la naissance, il vous faudra en effet louer des élévateurs de lit, acheter un « kraampakket » (contenant les produits de soin tels que de la gaze, des protections de lit, etc.) et vous procurer tout le matériel nécessaire à l’arrivée de Bébé (langes, thermomètres, baignoire…). C’est à ce moment là que vous devrez vous assurer de certaines choses telles qu’avoir une kraamzorg parlant anglais ou encore savoir quelle sera la prise en charge en cas de retour de l’hôpital en soirée/ nuit (notre bureau nous aurait envoyé quelqu’un à toute heure mais ce n’est pas le cas de tous).

Et lorsque vous sentirez que le moment est venu pour votre bébé de venir au monde, vous – ou plus surement votre partenaire 😉 – devrez appeler le bureau de Kraamzorg de sorte qu’ils s’organisent pour votre retour à la maison. Une fois que vous aurez fait connaissance avec votre petit trésor  et informé le bureau de votre heure de sortie, vous rencontrerez votre bonne fée, la kraamzorg.

votre-bonne-fee-corps

Une aide si précieuse

La mission du kraamzorg est d’assurer vos soins et ceux du bébé pendant les 7 jours qui suivent la naissance. Concrètement, elle est généralement présente entre 7 et 8h par jour les premiers jours, puis quelques heures le reste de la semaine, en fonction de vos besoins. Bien sûr, le temps que vous aurez passé à l’hôpital (24h en ce qui me concerne, lisez mon histoire ici) sera déduit de votre forfait global mais selon moi cela reste bien suffisant. Durant cette période, elle s’assurera de votre bonne santé mais sera également chargée de s’assurer que vous récupériez bien de l’accouchement.

Voici donc le récit de mon expérience. Evidemment, la vôtre pourra être légèrement différente mais dans les grandes lignes, voilà ce à quoi vous pouvez vous attendre.

Après les 24 heures passées à l’hôpital, nous avons reçu le feu vert pour rentrer chez nous avec notre petite princesse. Une heure après notre retour, la Kraamzorg était à notre porte. Elle s’est présenté et a fait notre connaissance, puis nous a auscultées une 1ère fois. Comme il était déjà 16h (et qu’on était un samedi), elle s’est assurée de ce que nous ayons tout le nécessaire pour passer la nuit et qu’il ne nous manquerait rien que nous ne puissions acheter le lendemain. Elle nous a également donné des instructions pour cette 1ère nuit avec Bébé (prise de température, préparation des bouillottes, suivi des temps d’allaitement, vérification des couches…). Puis, une fois qu’elle nous a senti suffisamment confiants (enfin, autant que l’on puisse l’être en tous cas!) elle nous laissa pour la nuit.

Juste une précision : j’ai eu durant cette semaine 3 kraamzorg différentes. Cette situation était vraiment inhabituelle en ce qu’en principe on n’en a qu’une, mais la 1ère ayant bloqué son dos quelques jours auparavant, elle du être arrêtée et remplacée au pied levé. Toutefois, toutes furent si adorables que je n’ai rien à en dire de négatif.

Mais revenons-en à nos moutons : à quoi ressemblait une journée type avec la kraamzorg?
A son arrivée (généralement vers 8h30), nous faisions le bilan de la nuit écoulée, puis elle prenait ma température, mon pouls, palpait mon ventre afin de s’assurer que tout revenait bien en place et vérifiait l’état de mes points de suture. Ensuite, elle vérifiait le poids, la température et les couches de Bébé (pour s’assurer qu’elle buvait suffisamment)… Chaque jour, elle dressait un rapport dans notre carnet de suivi. Puis elle me donnait des conseils sur divers sujet tels que la préparation du bain, que faire en cas de coliques, la manière de s’assurer d’un allaitement efficace, etc.
Ensuite, nous elle m’aidait à mettre en place l’allaitement de Bébé. A ce sujet, je dois dire que sans la Kraamzorg, je ne sais pas si j’aurais réussi à le mettre en place durablement ! Lors de ma montée de lait, l’allaitement était devenu extrêmement difficile (j’y consacrerai un post prochainement). Les conseils et l’aide que j’ai alors reçus m’ont été si précieux que si aujourd’hui je peux dire qu’à 4 mois j’allaite encore exclusivement ma fille c’est en grande partie grâce à elles.
En parallèle, elle veillait à maintenir une hygiène impeccable pour Bébé et moi. En clair, chaque jour, elle nettoyait de fond en comble notre salle de bains pour éviter tout risque d’infection, changeait nos draps, lavait et pliait notre linge. L’une des 3 kraamzorg que j’ai eues était même tellement géniale qu’elle allait jusqu’à me le repasser !
Elle veillait également à ce que je me repose et mange suffisamment: elle me préparait des collations matin et après-midi, ainsi que le déjeuner (un déjeuner à la hollandaise certes, mais tout de même). Et cerise sur le gâteau, elle s’occupait même de Bébé pour me permettre de faire des siestes ou de me doucher par exemple.
Pour finir, bien sûr, elle m’apprenait à bien prendre soin de Bébé …

Ce système est vraiment le meilleur que j’aurais pu espérer. Dans mon pays d’origine, les jeunes mamans restent à l’hôpital au moins 3 jours après la naissance, mais ensuite, elles se retrouvent seules à la maison avec leur bébé… Ici, nous avons la chance unique d’avoir quelqu’un à domicile, nous montrant comment faire les choses dans notre propre environnement, qui nous est complètement dédiée, et peut répondre à toutes les questions qui surgissent immanquablement au fil des jours (hé oui, car la plupart des questions n’arrivent pas uniquement le 1er jour mais un peu plus tard) … Je sais qu’en France, il est possible de demander une aide à domicile – trop de femmes l’ignorent. Compte tenu de mon expérience, je ne peux que vous recommander de le faire, car cela peut vraiment faire la différence quant à votre vécu du post-partum.

Une plus large assistance

En plus de la kraamzorg, quelques personnes viendront à votre domicile durant cette première semaine. D’abord, vous retrouverez votre sage-femme. Elle vérifiera particulièrement votre état de santé et s’assurera, avec la kraamzorg, que tout va bien pour vous et votre bébé. Vous recevrez également la visite de deux personnes, la première effectuant le test de Guthrie (échantillon de sang prélevé sur le talon de Bébé) et l’autre testant l’audition du bébé.

Une fois la première semaine écoulée, vous ne serez bien sûr pas livrée à vous-même pour autant.

Vous aurez un premier rendez-vous avec une personne du «Consultatie bureau». C’est auprès de ce «Consultatie bureau» que sera suivi le développement de votre bébé. En d’autres termes, c’est là que vous pourrez vous rendre pour le/ la peser et mesurer, que lui seront faits ses vaccins et que sera effectué le suivi de son développement jusqu’à ses 4 ans.
A noter, pour ce qui est de sa santé à proprement parler (pour un rhume par exemple) c’est chez le médecin de famille (« huisart ») que vous devrez vous rendre.

Pour ce qui est de votre propre suivi, vous aurez la possibilité, à la 6e semaine post-partum, de revoir votre sage-femme afin de faire un point sur votre rétablissement. Vous aurez également l’opportunité de prendre un rendez-vous pour déterminer votre méthode de contraception à l’avenir.
Quant à la rééducation du périnée, vous serez votre propre juge. En effet, lorsque je lui ai demandé, la sage-femme ne m’a donné aucun vrai conseil pour ce faire (à part l’évidence je veux dire) mais a précisé que si je ne me sentais pas à l’aise de ce point de vue là au terme des 3 mois après la naissance, je pourrais aller voir une kinésithérapeute spécialisée (« pelvic fysiotherapist »). Votre rééducation est donc laissée à votre entière appréciation, mais bien sûr, si vous le souhaitez vous pouvez en bénéficier.

Pour conclure, je ne peux que dresser un bilan positif du post-partum aux Pays-Bas. Oui, votre séjour à l’hôpital sera très court, mais si vous vous assurez que, de jour comme de nuit, la kraamzorg pourra venir vous aider dès votre sortie, l’assistance dont vous bénéficierez alors n’en sera à mon sens que bien plus précieuse et efficace.

Et vous, que pensez-vous de ce système? Quelles est votre expérience du post-partum?
Prenez soin de vous et à bientôt! ❤

La grossesse vous va si bien!

Grossesse & naissance, Vêtements & Divers

Mes marques de vêtements de maternité préférées

pretty-in-bump-1Être enceinte est source de grande joie. Mais soyons honnêtes, au cours de ces 9 mois, vous ne vous sentirez pas toujours au mieux de votre forme: nausées matinales, prise de poids, rétention d’eau… En tant que femme, vous savez que parfois simplement prendre soin de soi et se sentir jolie peut vous aider à passer outre ces petits dérangements.
Voici ma liste de boutiques où vous pourrez trouver des vêtements sympas à prix raisonnable (tous livrent aux Pays-Bas). Oh et au fait, juste une précision: cet article N’EST PAS sponsorisé.

1. Mamalicious

Avec des prix justes, leurs vêtements sont bien coupés et vous vous y sentirez à l’aise quelque soit le stade de votre grossesse. J’aime personnellement beaucoup leurs pantalons – qui valent largement le prix légèrement plus élevé (comparé à des vêtements de maternité plus basiques), même pour seulement quelques mois!

mamalicious

1. Denim maternity dress (39,95€) – 2. Skinny maternity jeans (54,95€) – 3. Women maternity shirt (39,95€)

2. Envie de fraises

Une marque française mais à la notoriété internationales puisque Anne Hathaway, Gwen Stefani et Alyssa Milano ont porté leurs vêtements. Ces derniers sont d’un excellent rapport qualité/ prix et, pour une fois, vraiment très jolis voire carrément tendance!

envie-de-fraises

1. Combinaison de grossesse Trisha (45€) – 2. Maillot de bain Siam (39,99€) – 3. Robe de grossesse Eve (49,99€)

3. Asos

Cette référence des vêtements « normaux » a aussi une très jolie ligne de vêtements de maternité. Style adorable mais parfois un peu cher tout de même… Que dire, personnellement je ne sais pas leur résister! 😉

asos

1. Kate lace midi dress (69.33€) – 2. Lace mix longline t-shirt (29.33€) – 3. Trapeze waterfall coat (120€)

3. Noppies

Une autre marque très sympa aux Pays-Bas. Je n’ai pas eu l’opportunité d’acheter leurs vêtements, mais je suis persuadée qu’il y a de petites pépites à trouver dans leurs boutiques…

En revanche, je n’ai personnellement pas vraiment aimé les vêtements des magasins Prenatal: s’ils ne sont pas très chers, leurs vêtements n’étaient pas très bien coupés, certaines parties étant trop larges et d’autres trop serrées (et ce quelque soit le stade de grossesse), notamment pour ce qui est des pantalons. Concernant H&M, ils possèdent une collection maternité (vérifiez s’il y en a une dans votre magasin habituel ou alors commandez en ligne), à mon sens très bien pour les basiques mais pas vraiment époustouflante pour le reste.

D’ailleurs, un petit tuyau si vous souhaitez chercher d’autres magasins sur Internet: vêtements de maternité se dit « zwangerschapsmode » en néerlandais.
Bon shopping!

Être ou ne pas être une patiente

Grossesse & naissance
Suivi de grossesse entre France et Pays-Bas

belly1

« Tu n’oublieras jamais le jour où tu sauras que tu es enceinte! ». C’est ce que ma Maman m’avait toujours dit et, ce jour-là, j’ai compris. Mon corps m’avait donné quelques indices depuis déjà plusieurs jours et, avant même de voir le mot «enceinte» lentement apparaître sur le test, je savais qu’une nouvelle aventure avait déjà commencé.

Et quelle aventure, étant donné que je n’avais emménagé aux Pays-Bas que 3 mois auparavant! Tout était à découvrir. D’une part c’était ma première grossesse. Mais je devrais aussi découvrir un tout nouveau système de santé, connu pour être bien plus libéral que dans la plupart des autres pays occidentaux. En effet, aux Pays-Bas, la grossesse est considérée comme un processus naturel. Une femme enceinte n’y est donc jamais considérée comme une « patiente », à moins qu’elle ne souffre d’une pathologie spécifique. Mais concrètement ce que cela signifie?

Avant de commencer, je dois préciser que mon suivi de grossesse a été pour un peu plus du 1er trimestre réalisé en France, de même que toutes mes échographies (principalement car mon assurance maladie n’était pas complètement mise en place).
C’est pourquoi je pense pouvoir être en mesure de comparer les deux systèmes. Bien sûr, je vais vous parler de mon expérience et chacune peut être différente…

Gynécologue vs. Sage-femme

Alors, ce que vous remarquerez très vite c’est que, en l’absence de complications et si vous ne prévoyez pas d’accoucher à l’hôpital, vous ne rencontrerez jamais de gynécologue pour votre suivi de grossesse. Personnellement, alors qu’en France mes rendez-vous mensuels se faisaient avec mon gynécologue, aux Pays-Bas je n’en ai rencontré un qu’une fois: lors de l’entretien prénatal avec l’hôpital suite à mon inscription. Pour le suivi habituel, votre interlocuteur sera la sage-femme (« verloskundige »), qui sera d’ailleurs normalement celle qui vous aidera à accoucher, mais j’en parlerai dans un prochain post sur l’accouchement.

Il est recommandé de s’inscrire le plus tôt possible au bureau de sages-femmes, si possible avant la fin de la 2ème mois. Mais bien sûr , si vous arrivez plus tard dans le pays ou si, comme moi, vous vivez un véritable cauchemar administratif , la plupart d’entre eux essaiera de vous trouver une solution. Ce bureau « privé » sera seul à prendre soin de vous: à nouveau, sans complication, votre suivi de grossesse ne sera pas fait à l’hôpital, avec lequel vous n’aurez que des contacts très limités (pour moi, un seul entretien en face-à-face).

Pour trouver votre bureau de sages-femmes on vous conseillera probablement de le chercher dans les pages jaunes – en tous cas c’était mon cas. Mais le système néerlandais à l’air si bien organisé que cela semble plutôt bien fonctionner. Si vous tenez tout de même à vous faire recommander un lieu, le mieux sera surement de demander à votre médecin traitant (« huisart »). Pour ma part, j’ai choisi le bureau le plus proche de chez moi et toutes les sages-femmes se sont avérées vraiment professionnelles.

Par ailleurs, la plupart des sages-femmes parlent très bien anglais – et soyez rassurées si vous ne connaissez pas tous les termes techniques: Google translate est votre ami !!! Par contre, si vous vous inscrivez tardivement, vous pourriez bien être une petite chanceuse et devoir traduire les documents que vous aurez recueillis dans votre pays d’origine (résumés d’échographie, prescriptions, etc.). 🙂

Concrètement, que font-elles?

Tout d’abord, vous aurez un rendez-vous préliminaire durant lequel vous seront demandés vos antécédents médicaux et familiaux, vos souhaits/ projet de naissance et autres questions visant à cerner vos besoins. On vous donnera alors un livret récapitulant toutes les informations relatives à votre grossesse. La sage-femme vous donnera également un calendrier de suivi: en général, vous aurez un rendez-vous par mois + un toutes les deux semaines à mesure que vous vous rapprocherez du terme.

Lors de ces visites mensuelles, on vous demandera un update sur votre situation (symptômes, questions, etc), puis la sage-femme vous examinera. Voici une des plus grandes différences que je remarquées: alors qu’en France, on vous fera un examen très approfondi (y compris un examen interne et parfois même une rapide échographie) aux Pays-Bas, si tout semble normal, celui-ci sera beaucoup plus simple. La sage-femme vous pèsera, prendra votre tension, écoutera le cœur du bébé, vérifiera sa position avec ses mains et mesurera votre ventre. Et quand vous leur direz que dans votre pays les femmes ont généralement examen interne tous les mois, elle vous regardera interloquée et vous demandera… «Mais pourquoi?!? » (et du coup vous vous demanderez peut être aussi « Oui, en fait, pourquoi?!? »… Enfin brrrrref …). Normalement, ce check-up devrait leur permettre de détecter d’éventuelles complications.

Échographies et des prises de sang

En ce qui concerne les échographies, il me semble qu’aux Pays-Bas seule celle du 1er trimestre est automatique (normalement son objectif est de déterminer la date de conception et de faire le test de trisomie 21, entre autres). Mais la 2nde échographie pour le dépistage des anomalies physiques est également possible (et normalement entièrement remboursés par l’assurance maladie néerlandaise). Pour rappel, prés de la 1ère moitié de mon suivi de grossesse a été fait en France alors pardonnez-moi si je ne vais pas plus loin leur description.
Il n’y aura a priori aucune autre échographie, sauf pour raisons médicales spécifiques. Pas d’échographie du 3e trimestre donc (généralement son but est pour vous assurer du bon développement du bébé et de sa position). Cependant, si vous discutez avec votre sage-femme (et si vous êtes prête à payer bien sûr), vous pourriez être en mesure d’obtenir une ordonnance pour l’effectuer.

Pour ce qui est des prises de sang, si elles sont mensuelles (et automatiques) dans mon pays, surtout si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose, aux Pays-Bas vous devriez pas en avoir, à part pour le test de la trisomie 21.
En ce qui concerne la détection de la toxoplasmose en cours de grossesse, l’idée ici est que si vous suivez les règles il n’y a aucune raison que vous contractiez la maladie et, que si vous la contractez tout de même, il n’y a rien de plus que vous ne puissiez faire de toute façon.
Ce point est probablement le plus discutable selon moi car il y existe un traitement qui pourrait atténuer la gravité des conséquences sur le fœtus – raison pour laquelle le système de santé de plusieurs pays a mis en place un système de détection précoce … Dans tous les cas, que les sages-femmes vous le diront, elles sont là pour vous aider, si vous voulez vraiment vraiment votre prise de sang (et encore si vous êtes prête à payer pour cela) vous pourrez très probablement l’effectuer.
En ce qui concerne l’anti-D les sages-femmes vous feront faire un test sanguin pour détecter le rhésus du bébé avant la naissance. Il n’y aura donc pas besoin de vaccin .

Quoi d’autre?

Pour finir, d’un point de vue administratif, notez que vous aurez probablement besoin d’obtenir un numéro de service citoyen (BSN) et de vous enregistrer auprès d’un médecin traitant (« huisart ») si ce n’est pas déjà fait. Vous devrez également vous inscrire au plus tôt pour qu’une personne (« Kraamzorg ») vienne vous fournir les soins post-partum: comme vous ne resterez pas à l’hôpital très longtemps, voire pas du tout en fonction de votre plan de naissance, c’est elle qui prendra soin de vous et de votre bébé pendant la première semaine suivant la naissance!

J’espère que ce post vous aura été utile et n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez plus d’infos ou si j’ai commis une erreur. Je reviendrai bientôt avec d’autres articles sur l’accouchement, le post-partum, l’allaitement, etc. En attendant, prenez soin de vous! ♥

Liens utiles (en anglais):

Access – Guide Avoir un bébé aux Pays-Bas

Expatica – Avoir un bébé aux Pays-Bas